MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 25 novembre 2014

«Les larmes de Stanleyville» commémorent les 50 ans de la rébellion Simba à Kisangani

Radio Okapi 
23/11/2014

Centre ville de Kisangani
Le documentaire intitulé «Les larmes de Stanleyville» a été projeté samedi 22 novembre dans la salle Voltaire de l’Alliance française à Kisangani, en Province Orientale. Ce film, réalisé par le journaliste de Radio Okapi Aliana Alipanagama, relate les atrocités commises par les rebelles Simba de l’Armée de Libération du Congo, menée par Christophe Gbenye à Kisangani, alors Stanleyville, du 5 août au 24 novembre 1964. Il s’inscrit dans le cadre de la commémoration des cinquante ans de la rébellion Simba.



Une vue aérienne de la ville
Le documentaire d’une heure décrit les comportements des Simba à l’endroit de la population et des étrangers habitants la ville, plus particulièrement les fonctionnaires de l’Etat appelés «Evolués», les Belges et les Américains. 

Durant 120 jours, l’Armée Populaire du Congo a commis des atrocités sans précédent, dont des tueries sur la Place Lumumba, aujourd’hui appelé « Place des Martyrs», ainsi que des emprisonnements et des traitements dégradants et inhumains. Les
Les victimes de la guerre
de six jours réclament réparation
rebelles ont aussi commis des dégâts matériels importants dans la ville.

Aliana Alipanagama a illustré tous ses actes par des témoignages, des images, des photos et des commentaires. 

Plus d’un millier d’étrangers et au moins 300 Congolais ont trouvés la mort pendant cette période. 

Le 24 novembre 1964, les parachutistes belges et la cinquième Brigade mécanisée de l’Armée Nationale Congolaise (ANC) avaient mis fin à ce mouvement insurrectionnel de Christophe Gbeye.

Lire aussi :

Province Orientale : le Sacré cœur de l’enfant Jésus célèbre ses martyrs

Argo’ in the Congo: The Ghosts of the Stanleyville Hostage Crisis

1 commentaire: