************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 14 avril 2015

Equateur: accalmie à Yakoma après un week-end très tendu

Radio Okapi 
14/04/2015

Une vue de la cité de Dongo le long de
 la rivière Oubangi dans la province
de l’équateur en RDC.
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
L’armée et la police nationales ont été envoyées au quartier Koloke de Yakoma dans le Nord-Ubangi (Equateur), où elles ont réussi à rétablir l’ordre lundi 13 avril entre les deux communautés Gini et Lau-Ouest qui se disputaient une portion de terre. Officiellement, les troubles ont fait quatre blessés et vingt-cinq cases incendiées. 

D’après l’administrateur assistant du territoire de Yakoma, Alain Wene, les communautés Gini et Lau-Ouest ont déposé leurs armes. Les habitants qui s’étaient déplacés ont regagné le quartier Koloke, sous l’œil vigilant de la force mixte FARDC – PNC encore présent sur place. 

Mais, les victimes d’incendie de maisons s’abritent chez les voisins ou dans certaines familles d’accueil. A propos du bilan des affrontements, Alain Wene souligne que les deux personnes données pour mortes sont bel et bien en vie. 

Cependant, quatre personnes ont été blessées soit par machettes soit par fusils de chasse. Toutes ces victimes appartiennent au groupement Lau-Ouest.

Quant aux dégâts matériels, selon la même source, vingt-cinq cases ont été incendiées, dont trois du côté Gini. 

Le chef du groupement Lau-Ouest et celui du village Gbaka, dans le groupement Gini, sont suspendus de leurs fonctions. Il leur est reproché d’avoir refusé de respecter l’acte d’engagement de non-agression entre les deux communautés. Ce refus, d’après Alain Wene, est à la base du dernier conflit. 

En outre, les deux parties sont interdites d’accès au site querellé, jusqu’à nouvel ordre. Le sol et le sous-sol appartiennent à l’Etat, a souligné l’administrateur assistant du territoire de Yakoma, précisant que ce quartier de Koloke est une terre extra coutumière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire