************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 30 avril 2015

Le Phare: «Provinciales, l’Opposition entre le boycott et le tube digestif»

Radio Okapi 
30/04/2015

Revue de presse kinoise du jeudi 30 avril 2015.

Quelques personne regardent
la liste des candidats. (Goma, RDC).
 MONUSCO/ Ph. Myriam Asmani
Le processus électoral occupe une place de choix dans les journaux parus ce matin de la capitale congolaise. 

Le Phare titre en sa manchette: «Provinciales, l’Opposition entre le boycott et le tube digestif ». 
Dans ses colonnes, le quotidien redoute que certains acteurs de l’opposition ne tiennent pas au mot de boycott lancé contre des élections provinciales après avoir posé des préalables à la Ceni. 
Les opposants exigent notamment un calendrier consensuel, l’audit du fichier électoral, l’enrôlement de nouveaux majeurs âgés de 18 à 22 ans et le renvoi des élections locales, urbaines, municipales et provinciales au-delà de 2016 ainsi que le plan de décaissement des fonds réservés au processus électoral, indique Le Phare. 
Le tabloïd émet des doutes sur l’unité de l’opposition en se rappelant de certains partis politiques de l’opposition qui avaient pris leurs inscriptions aux travaux de concertations nationales alors que ce forum était taxé, au départ, de congrès de la majorité présidentielle. 
Pour le quotidien, il y a risque que des candidats de certains partis politiques de l’opposition déposent en catimini leurs listes aux Bureaux de réception et de traitement de la Ceni, en violation de leur engagement de ne pas le faire tant qu’ils n’auront pas de garanties suffisantes de transparence du processus électoral. 

L’Avenir reste sur le processus électoral et barre en sa une: «Processus électoral, la peur injustifiée de l’opposition d’affronter les scrutins à la base».
Le quotidien estime que plus rien ne va arrêter la machine électorale en RDC malgré que l’opposition continue de poser des préalables pour intégrer le processus électoral. Le tabloïd explique que le scrutin qu’attend organiser la Ceni constitue un arriéré législatif de 2006, une dette à laquelle plusieurs majeurs ne prendront pas part, étant donné qu’au déclenchement de ce processus, les actuels majeurs avaient l’âge mineur. 
L’Avenir regrette le fait que cette réalité est loin d’être acceptée par l’opposition, qui croit qu’il lui est permis de donner des injonctions à l’institution électorale qui du reste, est le seul organe habilité à organiser les élections en RDC. 
Le quotidien craint également que l’opposition, avec des jérémiades, de tentacules, de contraintes, de plaintes et accusations, puisse entacher la crédibilité des scrutins en vue de provoquer le chaos en vue de poser le partager de pouvoir. 
Pour l’Avenir, les opposants ne sont pas encore prêts à affronter les élections vu la complexité des scrutins et les candidats à aligner à ces différents scrutins, en ce y compris les moyens financiers. 

Pour sa part, La Prospérité titre: «Elections provinciales, la Ceni, les premiers chiffres parlent ». 
Le tabloïd indique qu’au total 3 871 formulaires ont été retirés dont 3 053 par les partis politiques; 46 par les regroupements politiques; 772 par les candidats indépendants. 
Le quotidien souligne par contre que 3 partis politiques et 2 indépendants ont déjà, à ce stade, déposé leurs dossiers de candidatures en bonne et due forme aux bureaux de la Ceni. 
La Prospérité souligne par ailleurs que le nombre de sièges pour les provinciales 2015 est fixé à 711 sièges éligibles et à cela il faut ajouter 69 sièges à coopter. 
Ces chiffres qui parlent, d’eux-mêmes, sont une preuve, selon la Centrale électorale, que la machine engagée, ne reculera plus, poursuit le tabloïd. 
Pour La Prospérité, il est temps que les acteurs de Majorité, de l’Opposition ou de la Société civile qui titillent encore puissent se hâter car les jours s’égrènent. 

Dans un autre chapitre, La Prospérité revient sur l’insalubrité qui gagne de la place dans les différents marchés de Kinshasa. 
La Prospérité cite par l’exemple le marché de Gambela et le grand Marché central, appelé ‘’Zando’’ par le Congolais lambda. 
Le tabloïd indique qu’il suffit de faire un petit tour à travers Kinshasa dans plusieurs marchés de la capitale pour voir des poubelles de fortune qui surgissent un peu partout à l’allure de transformer tout le marché à une poubelle gigantesque. 
Dans ces marchés kinois, déplore le quotidien, toutes les conditions sont réunies pour rendre malade tous ceux qui y passent ou, mieux, qui y vendent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire