MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 6 avril 2015

Troisième mandat de Kabila: la fronde gronde au sein de la majorité

RFI 
06/04/2015

Kyungu Wa Kumwanza, 
leader de l'Unafec et président de l'Assemblée nationale provinciale du Katanga, 
ici en décembre 2011. PHIL MOORE / AFP 

La fronde semble s'installer profondément au sein de la majorité en République démocratique du Congo. Après le Mouvement social pour le renouveau (MSR) et quelques leaders qui se sont déjà prononcés contre un éventuel troisième mandat de Joseph Kabila à la présidence de la République, l’Union nationale des fédéralistes congolais (Unafec), vient de décider de présenter un candidat à la présidence de la République. 

C’est non sans difficulté que l’Unafec a organisé son congrès extraordinaire à Lubumbashi. Rassemblement dispersé samedi matin par des hommes en uniforme, qui ont aussi tenté d’empêcher toute sortie de sa résidence à Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, le leader de ce parti de la majorité, également président de l'Assemblée provinciale du Katanga. 

Première résolution importante de ces assises : l’Unafec décide de présenter un candidat à la présidentielle de 2016, en plus de ceux qui seront positionnés à tous les autres postes pour le cycle électoral. L’Unafec est donc le premier parti de la majorité à prendre une telle position qui, vraisemblablement, va à l’encontre de l’esprit de la famille politique.

L'Unafec dénonce le découpage territorial 
Il faut dire que les assises de Lubumbashi s’insurgent également contre le découpage territorial, que les participants ont qualifié de « précipité et d’arbitraire ». Ils exigent de ce fait que le gouvernement central restitue à chaque province, les 40% sur les recettes perçues au plan national. Joint par RFI, le porte-parole de la majorité, Sébastien Luzanga Shamandevu, a promis de réagir dans les heures qui viennent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire