************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 15 avril 2015

Zaïre : Le retour des "Affreux"

France Inter
Emission du 11/03/2015


Merci à Pierre de Montpellier

On les a appelés les « Affreux ». Des mercenaires à l’ancienne. 
C'est-à-dire avant que n’apparaissent sur le marché de la guerre ces armées privées, cotées en bourse et quasi-industrialisées, telles Blackwater… 

Non, ceux-là, les Affreux, étaient souvent des soldats perdus, et toujours des types en mal d’aventure. Français, Belges, Yougoslaves, Sud-Africains, ils se sont rendus tristement célèbres en combattant dans l’ex-Congo belge dans les années 1960 ou sur d’autres théâtres d’opérations africains où ils ont généralement soutenu le pouvoir blanc ou des causes néo-colonialistes. 
L’une de leurs dernières équipées ayant été, rangés sous la bannière du mythique Bob Denard, une tentative de prise de pouvoir dans les Comores. 

Mais on connaît moins le rôle qu’ils ont joué en 1996 et 1997 lorsque la France a essayé vainement de sauver le soldat Mobutu, notre ami le dictateur zaïrois… 

Une intervention militaire désastreuse et sanglante qui a aussi été, symboliquement, le chant du cygne de Jacques Foccart, le grand prêtre de la Françafrique. 

Monsieur X m’a donc proposé cette semaine de me raconter cet ultime épisode de l’intervention des Affreux sur le continent africain, où Paris n’a pas hésité à mobiliser dans le plus grand secret des criminels de guerre serbes ! 

A (ré)écouter sur france-inter 

Emission disponible 
jusqu'au 04/01/2018 12h20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire