************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

samedi 23 mai 2015

Equateur: 52 cases incendiées à la suite d’une tension communautaire à Bogbonga

Radio Okapi  
22/05/2015

Des femmes et des enfants sans abris
suite à un conflit communautaire
à Manono.
Ph. Radio Okapi/F.X. Mybe
Environ cinquante-deux cases ont été incendiées, depuis lundi 18 mai, à la suite d’une tension communautaire au groupement Bogbonga, en territoire de Bosomelo, dans le district de la Mongala (Equateur). Les clans en conflit se disputent notamment l’espace de pêche sur la rivière très poissonneuse de Momboto, selon des sources locales. 

Selon les mêmes sources, les accrochages entre les deux parties ont déjà fait deux blessés et une cinquantaine d’habitations incendiées. Ce conflit a pris des allures inquiétantes et les deux clans en conflit ont été entendus par le chef de groupement de Bogbonga, Louis Libamba. Ce dernier a été poignardé dans la nuit de dimanche 17 à lundi 18 mai par des bandits armés alors qu’il cherchait à trancher ce différend, affirment ses proches. Par vengeance, le fils du chef local a tiré avec une arme à feu sur l’un des agresseurs de son père qu’il a blessé grièvement. 

A (re) Lire: Equateur: le conflit entre Ngbaka et Ngbandi fait deux nouvelles victimes

Informés, les militaires de la force navale basés à Makanza, sont intervenus et ils ont acheminé Louis Libamba, blessé, à l’hôpital général de référence de Makanza. Selon son médecin traitant, le cas du chef de groupement de Bogbonga, touché au niveau de poumons, nécessite une évacuation vers Mbandaka ou Kinshasa pour une prise en charge appropriée. 

Sur place, la tension reste vive. La situation risque de dégénérer en cas de décès de ce chef de groupement, craint-on dans la région. Interrogé, le ministre provincial de l’Intérieur de l’Equateur, Michel Liyele dit avoir instruit les auto​rités sécuritaires de Bongandanga, notamment la police pour s’interposer entre les deux communautés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire