************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 1 mai 2015

Quelles leçons les Congolais peuvent-ils tirer du centenaire du génocide arménien ?

Par Germain Nzinga Makitu

Desc Wondo
30/04/2015

1915 – 2015, la communauté arménienne dispersée partout dans le monde fête le centenaire de son génocide qui a eu lieu d’avril 1915 à juillet 1916 et qui a coûté la vie à un million deux cent mille arméniens, femmes et enfants compris, soit les deux tiers de sa population vivant alors en Turquie. Au fil des mois, cérémonies, conférences, rencontres et expositions ponctuent depuis le 16 janvier dernier cette année placée sous le signe de la mémoire et du partage. 

Pour votre gouverne, la décadence de l’empire ottoman s’est beaucoup accélérée à la veille de la première guerre mondiale. Ainsi donc, pour consolider son pouvoir fragilisé, le sultan Abdul-Hammid II décidera de faire diversion en attisant les haines religieuses entre musulmans et chrétiens et lors des réclamations arméniennes des reformes et des modernisations des institutions, il saisira l’occasion pour massacrer près de 200 à 250.000 arméniens avec l’aide des montagnards kurdes. Ceux qui auront survécu, il les dépouillera de leurs biens et les convertira de force à l’islam par centaine de milliers. Des nombreuses églises seront brûlées ou transformées carrément en mosquées… L’insurrection du mouvement des Jeunes Turcs dirigée par Enver Pacha déposera le sultan Abdul accusé de livrer le pays aux étrangers et en désignera un autre au nom de Mohamed V. Ce dernier va porter au paroxysme le massacre de ce peuple en promulguant le « touranisme », cette idéologie qui appelle à l’union des peuples de langue turque ou assimilée, partout dans le monde et jusqu’en Chine. Cette doctrine s’appuie sur une vision racialement homogène de la nation turque et débouchera sur un projet d’épuration ethnique dont le décompte macabre en millions de victimes donne encore froid au dos. 

Quelles leçons les congolais peuvent-ils en tirer pour éclairer leur propre histoire nationale ? Nous en épinglerons quelques-unes en pratiquant un regard croisé sur le double génocide arménien et congolais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire