************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 25 juin 2015

Equateur : plus de 1 000 personnes évacuées de Kotakoli

Radio Okapi 
25/06/2015

Des femmes accueillent avec joie le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour la RDC, 
Martin Köbler, le 11/09/2014 dans la localité de Kotakoli 
qui abrite un des plus grands centres d’entrainement commando dans la province de l’Equateur. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

Mille deux cent-six ex combattants de groupes armés de l’est ainsi que leurs dépendants ont été évacués du centre d’entraînement commando de Kotakoli en Equateur vers Gbadolite en attente d’aller à Kamina au Katanga ou à Kitona dans le Bas-Congo. Ces personnes étaient casernées depuis environ deux ans dans ce centre. 

Parmi les personnes évacuées, on compte exactement 821 ex-combattants et 385 dépendants, dont des femmes et des enfants. 

Le dernier convoi a quitté Kotakoli en présence du ministre de la Défense nationale, Aimé Ngoy, arrivé dans la journée par avion de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco).

Pendant deux jours, dix véhicules affrétés par le ministre de la défense ont effectué des rotations entre Kotakoli et Gbadolite. 

Samedi dernier, ils s’étaient soulevés pour dénoncer le retard de leur réintégration au sein des FARDC, et la population avait marché pour réclamer leur évacuation immédiate.​ 

Après ce soulèvement, le ministre de la Défense, Aimé Ngoy Mukena, avait annoncé que ces ex-combattants allaient rejoindre « dans moins d’une semaine » les centres d’apprentissage des métiers pour faciliter leur réinsertion dans la vie civile. 

Ces ex-combattants étaient issus de 7 groupes armés qui étaient actifs à l’Est du Pays, dont les Mai-mai Nyatura, les Mcc, le M23 et le groupe Alleluia. Certains y ont trouvé la mort, suite aux mauvaises conditions d’hébergement à kotakoli, indique la société civile locale. Ce qui explique des manifestations récurrentes qui ont eu lieu dans ce centre.​

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire