MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 16 juin 2015

Le Phare : « RDC, pas de votes ! »

Radio Okapi 
16/06/2015

Début de vote le 28/11/2011 à
Kinshasa, pour les élections
de 2011 en RDC.
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
La question des élections provinciales, municipales et locales ainsi que les consultations présidentielles intéressent les journaux parus mardi 16 juin à Kinshasa. 

Le Phare titre à la une : « RDC, pas de vote ! » 
La décision des députés nationaux de renvoyer au Gouvernement son projet de loi portant répartition des sièges des circonscriptions électorales, au terme de la plénière du samedi 13 juin 2014 à l’Assemblée Nationale, va être lourde de conséquences, écrit le Phare. 
Selon le tabloïd, la première est qu’il est pratiquement impossible d’organiser, le 25 octobre 2015, les élections des députés provinciaux, des conseillers municipaux et de secteurs/chefferies. 
La deuxième est que le vote des sénateurs ne pourrait avoir lieu le 17 janvier 2016, car ceux-ci ont pour électeurs les députés provinciaux, eux-mêmes non élus à la date du 25 octobre 2015.
La troisième est que les conseillers urbains, les bourgmestres et chefs de secteurs ne pourraient être votés le 20 janvier 2016, faute d’électorat à constituer par les conseillers municipaux pour les deux premières catégories et par les conseillers de secteurs pour la troisième, ajoute Le Phare, qui poursuit : la quatrième conséquence est que les élections des gouverneurs et vice-gouverneurs de provinces ne pourraient se tenir le 31 janvier 2016, faute d’électeurs qui devraient être les députés provinciaux. 
Enfin, les maires et maires adjoints des villes ne pourraient connaître leur sort le 7 mars 2016, car devant attendre les élections des conseillers urbains et l’installation des conseils urbains. 

Sans session extraordinaire, Forum des As, titre à sa une : « Elections locales hypothéquées »
Forum des As écrit : « Si le projet de loi portant sur la répartition des sièges venait à être examiné seulement à la prochaine session ordinaire, c’est-à-dire en septembre, cela impacterait l’ensemble du calendrier électoral et donc le timing des élections urbaines, municipales et locales ». 
Et d’ajouter : « une session extraordinaire plane sur la tête des députés. Sans la loi sur la répartition des sièges, il sera difficile d’organiser les élections locales ». 
Or si les élus du peuple prennent trois mois de vacances sans travailler sur ladite loi dans le délai, le calendrier électoral prendrait un sacré coup. 
Conscient de cette délicate situation, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a prévenu les députés qu’à tout moment, une session extraordinaire peut être convoquée conformément à la Constitution. Le premier d’entre les élus l’a dit hier lundi 15 juin à la clôture de la session ordinaire de mars, ajoute Forum des As. 
Aubin Minaku : « La chambre législative est bien plus dynamique …». 

C’est la une de L’Avenir, qui revient sur la clôture de la session ordinaire de mars 2015. Revenant sur le processus électoral, le quotidien rappelle que Gouvernement est appelé à retoucher le projet de loi. 
« Les préoccupations pertinentes soulevées par les députés nationaux ont permis de bien recadrer les grandes options permettant de jeter les bases pour bien asseoir le processus de décentralisation dans le respect de la loi organique sur les entités territoriales décentralisées et leurs rapports avec les provinces », a indiqué le Speaker de l’Assemblée nationale, avant d’ajouter que l’adoption prochaine de cette loi, qui s’inscrit dans le cadre des recommandations des Concertations nationales, permettra l’organisation des élections urbaines, municipales et locales dans des conditions apaisées et optimales », écrit L’Avenir. 

De son côté, La Prospérité aborde à sa une : « Consultations : Kabila change le décor ! » 
Le journal note que selon des informations qui sont parvenues à sa rédaction, les consultations pourraient reprendre ce mardi 16 juin à la Cité de l’Union Africaine, après une trêve. 
« Les Députés auront le temps de dire au Président Joseph Kabila, qui va les recevoir dans la journée d’aujourd’hui, si l’information livrée en plénière par le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, se confirme, pour quelle raison, ils n’ont pas examiné la loi sur la répartition des sièges aux locales, vidant ainsi une question essentielle devant faire l’objet du dialogue politique ; réglant d’un coup, le problème du report des élections locales, principal point d’achoppement entre, d’un côté, les opposants et, de l’autre, la CENI et la Majorité au pouvoir », «écrit La Prospérité qui s’interroge : « Y aura-t-il une session extraordinaire ? »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire