************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 28 juillet 2015

Cecil, le lion le plus célèbre du Zimbabwe, abattu par un braconnier

RFI 
28/07/2015

Le lion Cecil, à la crinière partiellement brune, était une icône au Zimbabwe.
 Capture d'écran Youtube / Bryan Orford 

50 000 dollars. C'est la somme qu'aurait payée un chasseur à deux guides locaux pour qu'ils le mènent à l'iconique Cecil, lion à la crinière en partie brune âgé de 13 ans, attraction touristique du parc national Hwange au Zimbabwe, dont il était l'un des plus importants chefs de meute. Les deux guides ont été arrêtés. Les autorités recherchent un Espagnol. C'est la BBC qui a rendu l'affaire publique lundi 27 juillet. 

Courant juillet, le lion Cecil a été retrouvé décapité et dépecé au Zimbabwe. Ce mâle dominant aurait été attiré à l'extérieur de la réserve Hwange grâce à une carcasse d'animal, puis blessé par une flèche et pourchassé quarante heure durant, avant d'être abattu par balle à bout portant, au bout de sa fatigue. Une méthode discrète mise au point pour transformer une chasse illégale en chasse légale. Elle permet d'éviter les accusations de « braconnage », puisque la chasse n'est interdite qu'au sein du parc, comme l'a déjà fait valoir l'association des chasseurs du pays. 


Pour les autorités du Zimbabwe, il s'agit néanmoins bel et bien de braconnage, dans la mesure où le célèbre lion à la crinière brune, star nationale et félin parmi les plus connus d'Afrique, vivait non pas en dehors de la réserve, mais bien dans le parc, dont il était l'une des plus importantes têtes de meute. A ce titre, il devait être protégé, considèrent les autorités, d'autant que ses six lionceaux seront rapidement abattus par le nouveau mâle dominant de la meute, qui ne saurait les accepter et lancera un nouveau cycle de grossesses avec les femelles du groupe, comme cela se passe communément chez les lions. 

La Zimbabwe Conservation Task Force a déjà mis la main sur deux guides soupçonnés d'avoir, contre 50 000 euros, aidé son bourreau à parvenir jusqu'à l'animal. Elle recherche désormais un homme de nationalité espagnole, a-t-elle fait savoir. La police recherche aussi les restes du lion dans le pays. Les autorités espagnoles ont assuré qu'elles feraient preuve de vigilance aussi de leur côté. « Entre 2007 et 2012, 450 têtes de lion ont été importées d'Afrique du Sud (vers l'Espagne, NDLR), contre 100 en Allemagne sur la même période », rappelle sur le site internet du Guardian, Luis Munoz, porte-parole de l'organisation Chelui4lions en Espagne. 

La puce GPS que Cecil portait sous la peau n'a bien sûr pas été emportée. Mise en place pour les besoins d'une étude sur la chasse sportive et ses conséquences, elle a pour ainsi dire rempli sa fonction, puisque c'est elle qui a permis de retrouver la dépouille du mâle dominant. Menée depuis 1999 par l'université Oxford, cette étude a d'ores et déjà permis d'établir que sur 62 lions suivis, 34 sont morts, dont 24 par lors de chasses sportives. Les chasseurs sportifs sévissant autour du parc Hwange ont abattu 72 % des adultes mâles ciblés par l'étude dans cette zone.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire