MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 15 juillet 2015

Equateur: parlementaires et évêques veulent l’élection du gouverneur

Radio Okapi 
09/07/2015

Siège de l'Assamblée provinciale de
la province d'Equateur.
Les parlementaires et évêques de l’Equateur appellent à l’élection d’un gouverneur de leur province, en remplacement de Louis-Alphonse Koyagialo, décédé en décembre 2014. Ces prélats catholiques des diocèses de Budjala, Molebe, Bokungu-Ikela, Lisala et Lolo ainsi que ces élus ont exprimé leur souhait, mardi 7 juillet, à Kinshasa. 

Selon ces personnalités, l’actuelle équipe du gouvernement provincial de l’Equateur dirige en violation de l’article 160 de la loi électorale qui exige que l’élection du nouveau gouverneur s’organise trente jours après la mort de son prédécesseur. 
«Depuis la mort de Monsieur Koyagialo, gouverneur démocratiquement élu, la population ne se retrouve pas du point de vue de la gestion de la province. Elle ne sent pas la présence de l’autorité de l’Etat dans la province et les prélats catholiques ont reconnu cette situation», s’est plaint le président du Regroupement des parlementaires de l’Equateur (Repeq), Nicolas Akpanza. 

Les prélats catholiques pensent que l’implication réelle et effective du chef de l’Etat pourrait aider à trouver la solution à ce problème. 

Le ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab Mabudj, censé notifier la Ceni pour l’organisation de cette élection, invite les députés de l’Equateur à la patience. La province de l’Equateur est dirigée par un gouverneur intérimaire, Sébastien Impeto, depuis la mort de l’ancien gouverneur Louis-Alphonse Koyagialo en décembre 2014. 

Nicolas Akpanza affirme avoir déjà entrepris des démarches auprès des autorités du pays pour l’organisation de ce scrutin mais sans obtenir gain de cause.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire