MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 23 novembre 2015

Grève des infirmiers: les médecins de l’hôpital général de Zongo débordés

Radio Okapi 
23/11/2015

Des patients attendant les soins gratuits 
à l’Hôpital Sino-congolais le 9/07/2013 à Kinshasa. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

Cinq jours après le mouvement de la grève sèche lancé par l’association des infirmiers sur l’ensemble de la RDC, la plupart des malades dans la nouvelle province du Sud-Ubangi se ruent vers l’hôpital général de référence de Zongo, les autres hôpitaux publics, n’arrivant plus à assurer de meilleures conditions de soin et de suivi aux malades faute d’infirmiers, ont rapporté samedi 21 novembre dernier des sources sanitaires locales. 

Le nombre des malades admis à l’hôpital général augmente tous les jours. Face au volume de travail qui explose, les médecins obligés d'accomplir les tâches des infirmiers en plus de leurs sont débordés.  
Le médecin directeur de l’hôpital général de Zongo est inquiet notamment au regard des enfants qui attendent encore la transfusion sanguine, faute du personnel disponible.

«Nous sommes débordés par tous les enfants à la pédiatrie. Nous éprouvons beaucoup de difficultés pour trouver leurs aides. Vous savez, les médecins ne sont pas habitués à donner des injections, ce sont des infirmiers qui font tout ça » s’est plaint le docteur Jojo Makwala. 

A l’en croire, l’hôpital de référence de Zongo ne fonctionne actuellement qu’avec 4 médecins alors qu’il dispose de quatre pavillons à même de contenir chacun une centaine des malades. 

Mme Jojo Makwala recommande à l’Etat congolais de «faire de son mieux» pour trouver rapidement une solution aux revendications des infirmiers. Jusqu'à ce jour, aucun décès n’a été signalé dans son hôpital suite à cette grève, s'est-elle tout de même réjouie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire