MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

dimanche 15 novembre 2015

Tshuapa: rareté des denrées alimentaires à Ikela

Radio Okapi 
15/11/2015 

Des sacs de mais troués par de véhicules cherchant à dépasser une charrette 
lors des embouteillages à Kinshasa le 31/12/2012.
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

La population d’Ikela dans la province de la Tshuapa est confrontée à une pénurie de denrées alimentaires, ont indiqué samedi 14 novembre des sources locales. Cette situation fait suite à la montée des eaux de la rivière Tshuapa à cause des pluies diluviennes qui s’abattent ces derniers jours sur la région. La route Ikela- Lomela est particulièrement inondée à plusieurs endroits, empêchant la circulation des véhicules et motos. 

D’après les témoignages des habitants, les denrées alimentaires sont devenues rares depuis une semaine sur le marché d’Ikela. L’information a été également confirmée par l’administrateur du territoire, Albert Nzele. 

Les produits, qui proviennent par exemple de Lomela dans le Kasaï, ont connu une hausse de prix. Un verre de riz, vendu habituellement à 250 francs congolais, est passé à 400 francs (0.4 dollar américain). Tandis que celui d’arachides est passé de 250 à 350 francs. 

Les commerçants, qui trafiquent les produits alimentaires, disent éprouver des difficultés pour acheminer ces vivres par pirogues. Le débordement de la rivière Tshuapa de son lit a en effet englouti la digue sur un tronçon de plus d’un kilomètre avant d’atteindre Ikela Centre.

Même difficultés pour les vendeuses qui acheminent cossettes de manioc, bananes et d’autres denrées des villages environnants, a ajouté Albert Nzele. La traversée d’Ikela à la rive gauche ne se fait plus que par pirogue. 

Le coût de la traversée est passé de 100 à 250 francs congolais (0.3 dollar américain) par individu. Mais la puissance du courant d’eau cause souvent des naufrages. 

Si aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée jusque-là, on note cependant de nombreuses pertes des marchandises, a souligné l’administrateur du territoire d’Ikela. Voilà pourquoi l’autorité locale recommande la prudence aux voyageurs. 

La population espère la fin des pluies pour la reprise des activités économiques entre Ikela et les territoires voisins de Bokungu et Lomela, dans le Kasaï.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire