MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 15 décembre 2015

Alphonse Maindo: « Le dialogue n’est pas justifié »

Radio Okapi 
15/12/2015

Le Président Joseph Kabila 
lors de son discours sur l’Etat de la nation 
le 14/12/2015 à Kinshasa. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

Invité mardi 15 décembre par Radio Okapi à commenter le discours du chef de l’Etat devant le Parlement réuni en congrès, le professeur Alphonse Maindo estime que considérer le dialogue comme « la voie obligée pour avoir des élections apaisées » n’est pas complètement vrai. Pour cet enseignant en sciences politiques de l’Université de Kisangani, la tenue du dialogue n’est pas justifiée. 

Au cours de son discours, le président Kabila a pourtant fait savoir que le dialogue qu’il a convoqué est l’occasion pour les Congolais de se réunir pour régler eux-mêmes leurs divergences. Un dialogue qui a pour objectif « de trouver des solutions consensuelles aux questions majeures qui minent le processus électoral ».

Le professeur Alphonse Maindo estime, pour sa part, que les questions retenues pour être débattues au cours du dialogue peuvent être résolues sans organiser ce forum.

« Les questions qui sont posées sont des questions techniques qui peuvent être réglées soit par le gouvernement avec les moyens dont il dispose soit par le Parlement soit par la Ceni », affirme-t-il, reconnaissant tout de même que le dialogue est « une vertu ». 

Les cinq sujets retenus pour être débattus au cours du dialogue sont : 
  • Le fichier électoral 
  • Le calendrier électoral 
  • La sécurisation des élections 
  • Le financement des élections 
  • Le rôle des partenaires extérieurs dans ce processus 

Globalement, Alphonse Maindo juge le discours du président de la République « très offensif ». 


Pour lui, ce discours montre la détermination du chef de l’Etat à poursuivre son action à la tête du pays. 

« Sur le plan purement politique, on voit que le chef de l’Etat s’est montré très offensif. En tout cas plus offensif que sur le plan économique en essayant de souligner le chemin parcouru et en disant qu’il allait faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher qu’il n’y ait pas de sang versé ni de sueur », analyse le professeur Alphonse Maindo. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire