************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 11 décembre 2015

Commissaires spéciaux: motion contre Boshab rejetée à l’Assemblée nationale

Radio Okapi 
11/12/2015

Le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur et Sécurité, Evariste Boshab. 
Radio Okapi/Ph. Innocent Olenga Lumbahee 

La Majorité parlementaire de l’Assemblée nationale a rejeté, vendredi 11 décembre, la motion de défiance contre le vice-Premier et ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab Mabudj, au sujet de la nomination des commissaires spéciaux. 

Appelés à diriger les 21 provinces démembrées, ces commissaires et leurs adjoints ont été nommés en octobre dernier par le chef de l’Etat. 

Après la lecture de la motion de défiance, le président du groupe parlementaire PPRD, Shadary Ramazany a, dans une motion incidentielle, remis en cause l’opportunité de la démarche de l’opposition. 

La plénière a été agitée et les députés de l’opposition mécontents ont boycotté la plénière.

Soutenant la motion incidentielle de Shadary Ramazany, les députés de la Majorité présidentielle estiment qu’Evariste Boshab ne porte aucune responsabilité dans la nomination des commissaires spéciaux. 

«Où est le problème de Boshab ? Où qu’il a induit le chef de l’Etat en erreur ? Cette réforme, c’est d’abord voulue par la constitution. Nous disons que c’est un acharnement et nous disons non», a indiqué le député Evariste Vetshi. 

Pour sa part, le député de l’opposition Fabrice Puela parle d’un scenario habituel qui atteste que le camp présidentiel n’est pas sûr de sa Majorité : 

«Nous suspendons nos activités parce que c’est un abus de la majorité. Nous pensons qu’ils sont complices de la mort de la nation. C’est inadmissible. On est en train de tuer la République avec ça». 

Face à la problématique de la gestion d’une motion incidentielle face à une motion de défiance, le bureau de l’Assemblée nationale a jugé utile de saisir la Cour constitutionnelle pour avoir un éclairage là-dessus. 

La motion de défiance contre Boshab avait été déposée à l’Assemblée nationale, le 7 décembre, par une cinquantaine de députés de l’opposition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire