MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 11 décembre 2015

Nord-Ubangi: la société civile appelle au déminage de la province

Radio Okapi 
11/12/2015

Des participants à la conférence sur la lutte contre les armes à sous munitions
 organisée par le centre congolais de lutte anti-mines le 25/08/2015 à Kinshasa. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

La société civile du Nord-Ubangi réclame le déminage de toutes les zones de la province où sont découverts des engins explosifs non explosés. Les représentants de cette structure citoyenne l’ont fait savoir jeudi 10 décembre, en réaction au décès de trois enfants survenus deux jours auparavant à la suite de l’explosion d’une mine abandonnée au village Gulu dans le secteur de Wapinda dans le territoire de Yakoma. 

Selon Taylor Taima, président de la société civile du Nord-Ubangi, des obus, grenades et mines non explosés restent encore disséminées dans certains endroits marqués dans les territoires de Bosobolo, Mobayi et de Businga. Ces engins explosifs seraient abandonnés par des combattants des forces armées durant la guerre menée par l’AFDL en 1997 et les différentes rebellions qui ont gangrené l’Est de la RDC avant les accords global inclusifs de Pretoria, a indiqué la même source à Radio Okapi.

L’ONG MAG et ses partenaires qui procédaient à la destruction de ces engins n’ont pas terminé le travail, a-t-il ajouté. Il a mis en garde le gouvernement congolais contre le risque d’une éventuelle augmentation du nombre des décès dans la région en cas de la négligence du danger que représentent ces engins explosifs pour la population de la province. 

Radio Okapi n’a par ailleurs pas réussi à joindre les responsables de l’ONG de déminage MAG pour avoir sa réaction.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire