MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

samedi 19 décembre 2015

CPI: Thomas Lubanga et Germain Katanga transférés en RDC

Radio Okapi 
19/12/2015

Thomas Lubanga, ancien chef milicien de l'Ituri 
lors d'une audience à La Cour pénale internationale

Thomas Lubanga et Germain Katanga, deux anciens miliciens congolais condamnés par la Cour pénale internationale (CPI), ont quitté la prison de Scheveningen (Pays-Bas) vendredi 18 décembre pour rejoindre la prison centrale de Makala à Kinshasa, où ils devront finir de purger leurs peines. Leur transfèrement est la conséquence du refus des autorités hollandaises de voir les Congolais purger leurs peines aux Pays-Bas. 

Les Pays-Bas, qui accueillent la Cour et plusieurs tribunaux ad hoc à La Haye, selon RFI, ne souhaitent pas que les Congolais purgent leur peine sur leur sol. Une fois condamnés, ces derniers devraient être renvoyés en RDC ou dans un autre pays d’accueil. 


L’ex-patron de l’Union des patriotes congolais (UPC), Thomas Lubanga, a été condamné en juillet 2012 à 14 ans de prison pour avoir enrôlé des enfants de moins de quinze ans dans ses troupes et les avoir fait participer aux hostilités, lors de la guerre en Ituri entre 2002 et 2003. 

En septembre dernier, la Cour pénale internationale a réexaminé cette peine et a décidé qu'il ne convenait pas de la réduire. En détention depuis 2006, M. Lubanga a déjà fait plus des deux tiers de sa peine et devra désormais en purger la fin en République démocratique du Congo. 


Transféré à La Haye fin 2007, Germain Katanga, lui, a été reconnu coupable d’avoir stocké et distribué les armes utilisées lors des massacres de Bogoro en Ituri le 24 février 2003. Il a été condamné en mars 2014 à 12 ans. 

Mais, la CPI a annoncé vendredi 13 novembre dernier qu'il bénéficierait d'une libération anticipée, à compter du 18 janvier 2016 (comme le permet son règlement pour les personnes ayant purgé les deux tiers de leur peine).

Lire aussi :

RDC: deux condamnés de la CPI de retour à Kinshasa

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire