MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 29 décembre 2015

Mongala: la commissaire spéciale annule la fermeture des écoles à Bumba

Radio Okapi 
29/12/2015

Des élèves dans une école à Kinshasa. 
Radio Okapi/ Ph John Bompengo 

La commissaire spéciale de la Mongala, Marcelline Munziba, annule la décision prise le 24 décembre par l'Inspection générale de l'enseignement primaire et secondaire portant la fermeture de quarante-six écoles et centres de formation de la sous-division de Bumba. Ces écoles ont été jugées non-viables. 

Pour la commissaire spéciale, cette décision a été prise par des personnes non qualifiées. 
«Ceux qui ont pris cette mesure-là sont incompétents», a-t-elle déclaré lundi 28 décembre à Radio Okapi. 

Marcelline Munziba estime que cette question devait être discutée avant toute décision de fermeture : 
« S’ils ont fait la descente sur le lieu, ils ont constaté qu’il y a des problèmes dans ces écoles, la première chose à faire était de voir l’autorité de la province pour discuter et trouver une solution d’ensemble. Ce n’est pas à eux de passer directement dans les médias pour déclarer que ces écoles sont fermées, parce qu’ils ont constaté que ces écoles ne sont pas viables.» 
Marcelline Munziba pense que les conséquences d’une telle fermeture devraient être étudiées avant toute décision. 

« Il y a des familles entières qui sont engagées, il y a le personnel qui travaille dans ces écoles. S’il y a un problème de viabilité, il faut d’abord commencer par trouver la solution pour ces enfants, trouver une solution pour le personnel qui travaille dans ces écoles et puis après penser à la fermeture», suggère-t-elle. 

Selon l'Inspection générale de l'enseignement primaire et secondaire, les écoles fermées sont irrégulières, non viables et fonctionnent sans l'autorisation du ministère de tutelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire