************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 28 décembre 2015

RDC: 140 millions USD du FPI détenus par ses débiteurs

Radio Okapi 
28/12/2015

Des billets de dollars américains (photo archives). 

Plus de 140 millions de dollars américains débloqués par le Fonds de promotion de l’industrie (FPI) entre 2008 et 2014 sont toujours détenus par des débiteurs. La majorité d’insolvables sont des ministres et députés nationaux, anciens comme nouveaux, indique le rapport d'une commission d’enquête parlementaire, dont copie est parvenue dimamche 27 décembre à Radio Okapi. 

D'après des sources parlementaires, le rapport d’enquête sur la gestion du FPI a été déposé sur la table du président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku, et distrubué aux députés pour qu'ils puissent en prendre connaissance avant d'en débatre au cours d'une plénière. Selon ce document, trois membres du gouvernement, un député et un cadre de la Commission électorale nationale indépendante détiennent à eux seuls près de 3 millions USD.


Ces personnalités n’ont, à ce jour, remboursé aucun sous, poursuit le rapport. 

Les parlementaires enquêteurs révèlent que 70% de projets financés par le FPI entre 2008 et 2014, n’ont pas été réalisés et que d’autres sont tout simplement fictifs. 

Selon eux, il s’agit d’un «détournement des fonds du FPI par des promoteurs des projets.» 

Ils notent également qu’il y a eu complaisance du comité de gestion du FPI dans le choix des promoteurs des projets. Le rapport indique que l’ADG du FPI, Constantin Mbengele, a privilégié dans l’octroi des crédits les politiques au détriment de véritables entrepreneurs. 

La commission parlementaire exige «la dépolitisation et la rationalisation des conditions d’octroi des crédits et des subventions.» 


Elle recommande également la poursuite en justice des insolvables et les bénéficiaires des subventions non-justifiées. 

Pour les parlementaires enquêteurs, il faut recourir à un « recouvrement forcé des impayés du portefeuille.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire