************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

dimanche 31 janvier 2016

RDC : Kabila est plus qu’engagé dans une logique guerrière contre les Congolais

Desc-Wondo 
30/01/2016 
Par Jean-Jacques Wondo Omanyundu


Après avoir prononcé successivement trois discours ratés en l’espace de 35 jours, appelant vainement au dialogue sans convaincre l’opinion nationale qui n’attend plus que son départ le 19 décembre 2016, c’est encore et toujours vers l’option armée, la seule qu’il caresse dès sa tendre jeunesse, que le président congolais, Joseph Kabila, entend recourir pour jeter ses dernières forces dans sa bataille de maintien à la tête du pays au-delà de ses deux mandats constitutionnels. 

Déjà quelques éléments de la GR injectés dans la police au Katanga 
Dans une précédente analyse, nous avons fait mention de l’information selon laquelle Kabila se préparait à transférer 10 000 éléments de la Garde républicaine (GR) au sein de la police nationale Congolaise (PNC). Ces éléments viennent en grande partie des 8 000 soldats de la GR surnommés « Fourmis et Abeilles » de 2016, formés, par les égyptiens et les israéliens, aux techniques de combat urbain pour réprimer les manifestations publiques en cas de contestation populaire contre le projet de maintien anticonstitutiionnel de Kabila au pouvoir. Ainsi, craignant que lui et son pré-carré militaire – constitué de généraux Olenga, les trois frères Yav (Philemon, Jean-Claude et Klein), Didier Etumba, Dieudonné Banze, Damas Kabulo, Ilunga Kampete, Delphin Kahimbi, Enoch Numbi, Akili Mohindo Mundos, Gabriel Amisi, Dieudonné Amuli Bahingwa – déjà sous monitoring de DESC et alliés, ne soient directement mis en cause en cas de graves violations des droits humains, il a été décidé d’injecter environ 10 000 éléments de la GR au sein de la PNC pour réprimer toute manifestation populaire contre la tentative de blocage délibéré du processus électoral[1] en vue de consacrer le glissement électoral.

La suite sur Desc-Wondo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire