MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 14 janvier 2016

RDC : l’agriculture sur brulis dégrade les forêts, selon Tosi Mpanu Mpanu

Radio Okapi 
14/01/2016

Forêt du bassin du Congo. cbfp.org 

L’agriculture itinérante sur brulis, pratiquée par plusieurs agriculteurs en République démocratique du Congo (RDC) contribue à la dégradation des forêts.

D’après les experts, lorsque les forêts sont détruites avec du feu, l’environnement est dégradé et produit des émissions de gaz à effets de serre favorisant ainsi le changement climatique.

«Le paysan local qu’est-ce qu’il fait, il brule le foret et cela produit un flash de productivité à court terme, qui malheureusement appauvri le sol par la suite. Parfois pour cultiver 1 hectare, il brule 10 hectares. Il faut gérer ces gens-là, renforcer leur capacité et leur expliquer qu’il y a d’autres moyens de faire cette agriculture», estime Tosi Mpanu Mpanu, négociateur senior pour la RDC à la convention climat.

Les paysans qui recourent à l’agriculture itinérante sur brulis ont des périodes de jachères très courtes.

En conséquence, ils sont obligés d’abandonner leurs champs après deux ou trois récoltes pour trouver d’autres espaces en forêt à défricher, explique-t-il. Tosi Mpanu Mpanu s’entretient avec Nounou Ngoy.​

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire