************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 17 février 2016

Ville-morte en RDC: Eve Bazaiba et Lambert Mende dressent un bilan contrasté

Radio Okapi
16/02/2016

Couloir du marché de change parallèle du marché central de Kinshasa,
 mardi 16 Fevrier 2016, à 13h44'.
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

L’opposition politique, qui a appelé à cette ville-morte en RDC mardi 16 février, estime que le bilan de cette opération est positif. La population a largement répondu à l’appel, malgré les pressions du pouvoir en place, a affirmé Eve Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC). Pour sa part, la Majorité présidentielle parle d’un “échec cinglant”. Le porte-parole du Gouvernement, Lambert Mende, félicite la population qui, selon lui, n’a pas répondu à cet appel. 

Eve Bazaiba note que le mot d’ordre de la ville-morte a été suivi partout à travers le pays, mais à différentes proportions à cause des pressions exercées par les autorités sur la population:
“Par exemple le cas du [Haut-Katanga ou on a vu] le commissaire spécial passer de boutique en boutiques pour demander qu’on puisse les ouvrir, et dans d’autres coins de la République, comme à Kisangani, où les habitants ont subi des pressions.” 
A travers cette opération, la secrétaire générale du MLC espère que le chef de l’Etat Joseph Kabila a compris le message du peuple congolais, qui veut “l’alternance politique” et l’organisation des élections dans les meilleurs délais. 

Par contre, Lambert Mende résume que “l’apocalypse annoncé” par les opposants n’a pas eu: 
“Je me rends compte que la population congolaise est mûr. Il ne s’est laissé prendre au piège de ces manipulateurs, dont la plupart justement sont les bourreaux des chrétiens du 16 février.” 
Il soutient que le Gouvernement n’a pas recouru aux menaces pour contraindre les fonctionnaires d’aller vers leurs lieux de service. 

Témoignages des fonctionnaires 
Ce mardi a été une journée inhabituelle à travers quelques cabinets ministériels à Kinshasa. Certains services de l’Etat ont partiellement fonctionné avec des travailleurs qui n’ont pas suivi le mot d’ordre de l’opposition. 

Si certains ont relevé quelques difficultés de transport pour rejoindre leurs postes d’attache sous peine d’une éventuelle sanction, d’autres par contre ont affirmé n’avoir pas éprouvé des difficultés. 

Cette fonctionnaire du ministère de la Justice affirme être venue au travail par contrainte puisque son ministre a proféré à la veille des menaces de sanction contre les absents: 
"Le ministère, par le biais de nos secrétaires, nous a dit que nous devrions être là et que personne ne devait sécher le bureau et qu'il y aurait contrôle physique. Nous travaillons avec des requerants qui viennent pour des dossiers. Mais, aujourd'hui, on se retrouve seul. C'est vraiment une journée morte." 
La police a été là pour prélever les présences des agents et fonctionnaires. 

A la direction des services de cultes et associations de ce ministère, les avis sont partagés. Certains agents disent avoir fait le déplacement par conscience professionnelle. 

D’autres réclament des primes supplémentaires pour compenser les dépenses exceptionnelles engagées pour joindre le lieu de travail, en cette journée où le transport en commun a été quasi-inexistant. 

Au ministère des Affaires étrangères, l’engouement n’a pas été au rendez-vous. La salle de capture pour les passeports a reçu moins de requérants que d’habitude. 

A la Fonction publique, les bureaux ont été partiellement occupés. Certains responsables des directions rencontrés n’ont pas reconnu la ville morte. 

“La journée n’est pas fériée, comme l’a dit le ministre [de la Fonction publique], mais quelques agents qui n’ont pas de moyens de transport ont éprouvé des difficultés pour venir au travail”, a déclaré l’un d’eux, insistant sur l’apolitisme de l’administration publique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire