************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 17 juin 2016

L’Avenir : « Edem Kodjo consulte encore la MP et l’opposition »

Radio Okapi 
17/06/2016

Revue de presse du 17 juin 2017.

Le facilitateur de l'Union Africaine pour le dialogue politique en République Démocratique du Congo, 
Edem Kodjo lors d’une conférence de presse à Kinshasa, le 11/04/2016. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo  

Parmi les sujets traités par les quotidiens kinois ce vendredi, le déplacement d’Edem Kodjo à Bruxelles en Belgique pour échanger avec le comité des sages du conclave de Genval présidé par Etienne Tshisekedi sur les contours du dialogue. 

L’Avenir titre à la une : « Edem Kodjo consulte encore la MP et l’opposition » 
Le journal rapporte qu’après la série d’entretiens avec la classe politique se trouvant à Kinshasa, Edem Kodjo s’est envolé, hier jeudi dans la soirée, pour Bruxelles, afin de rencontrer Etienne Tshisekedi, président du comité de sages du conclave. Mais avant de prendre son avion, il a écouté la Majorité présidentielle et l’Opposition, sur des points pour lesquels ils ne se sont pas encore mis d’accord, note le quotidien. 
A en croire Emmanuel Shadari, président du groupe parlementaire PPRD et alliés, cité par le quotidien, le dialogue ne doit pas être convoqué par une autre personnalité étrangère.
« C’est le point rouge et l’on ne peut pas y revenir », dit-il, souligne L’Avenir, ajoutant qu’a l’occasion, il a rejeté la position d’Etienne Tshisekedi qui pense diriger la transition. Pour lui, pendant cette éventuelle transition, c’est toujours Joseph Kabila qui sera le Président de la République, parce qu’il est protégé par les lois de la République, comme le sont les sénateurs et les députés provinciaux, indique le journal. 
Evoquant le face-à-face Kodjo-Opposition, après la Majorité présidentielle, le confrère révèle qu’au menu de leur entretien, rien de grave, sinon la fameuse position de ne pas prendre part au dialogue tel que convoqué par le président de la République. 
Une position qui trouve déjà sa réponse dans la Constitution de la République, rapporte le journal, soulignant qu’après Kinshasa, c’est dans la soirée du jeudi 16 juin qu’Edem Kodjo a pris son avion pour Bruxelles, où il rencontrera la partie de l’opposition congolaise qui y séjourne. 

Pour sa part, Forum des As, se demande si le facilitateur du dialogue parviendra-t-il à convaincre les « conclavistes » lors de sa rencontre annoncée avec le comité des sages dans la capitale belge. Evoquant la position des participants au conclave de Bruxelles-Genval revenus hier à Kinshasa, à l’exception de ceux qui sont membres du comité des sages, le quotidien souligne que Martin Fayulu, le président de l’Ecidé et membre de la « Dynamique pour l’unité de l’Opposition » a déclaré en conférence de presse que la personne que l’Opposition attend, ce n’est pas le facilitateur de l’UA Edem Kodjo, mais bien la médiation internationale représentée par le panel des facilitateurs de l’ONU, l’UE, OIF, l’UA et les USA. Selon lui, l’Opposition, conformément aux résolutions du conclave, n’est pas disposée à traiter avec Edem Kodjo qu’il récuse, et attend plutôt la constitution de ce groupe des co-facilitateurs pour engager les discussions sur le seul objet qui est la tenue de la présidentielle dans les délais constitutionnels fixés par l’article 73 de la loi des lois, conclu Forum des As. 

La Prospérité revient sur la 4ème conférence des gouverneurs des provinces clôturée hier, jeudi 16 juin à Lubumbashi (Haut-Katanga) et rapporte dans sa manchette : « Dialogue et processus électoral en RDC : les gouverneurs se rangent derrière Kabila ! ». 
A en croire la consœur, cette conférence a permis au président Kabila d’envoyer un message à ses détracteurs, montrant à la face du monde que le Katanga ne lui échappe pas. 
Ce faisant, poursuit le journal, il remobilise ses soutiens et resserre les rangs aussi bien à l’interne qu’à l’externe et les gouverneurs sont rentrés dans leurs provinces respectives avec des consignes précises sur la marche du pays. 
D’après le tabloïd, après que le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa, a avoué dans un rapport son incapacité à tenir les élections dans les délais constitutionnels, les gouverneurs des provinces ont pris la résolution d’expliquer, chacun dans sa circonscription, la nécessité d’un dialogue politique, comme seule voie de sortie de la situation actuelle. 

Un autre quotidien à lire ce matin, Le Phare qui renseigne que les Américains veulent frapper les Congolais au portefeuille ! Le Journal rapporte qu’au nom de ses collègues Mme Bass, M. Royce, M. Engel et de lui-même, le représentant (député) Smith de l’Etat de New Jersey a déposé le lundi 13 juin à la chambre des représentants des Etats-Unis la résolution 780 sur les élections en République démocratique du Congo et les sanctions qui doivent frapper les responsables politiques impliqués dans les manœuvres de blocage du processus électoral. 
De façon ramassée, note le quotidien, cette résolution vise, au-delà du refus des visas, à frapper les personnalités ciblées au portefeuille. Il s’agira d’une véritable traque qui impliquera non seulement les Etats-Unis mais aussi leurs partenaires à travers le monde, renchérit Le Phare, ajoutant que selon le texte, les sanctions devraient cibler les principales figures du régime de Kinshasa à cause de leurs actions qui «handicapent le processus ou les institutions démocratiques».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire