************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************ ÉCLECTIQUE - UNE COLLECTION DU XXIEME SIECLE AU MUSEE DU QUAI BRANLY DU 23/11/2016 AU 02/04/2017

jeudi 14 juillet 2016

L’Avenir: «La dépouille mortelle de l’abbé Malumalu arrive aujourd’hui à Kinshasa»

Radio Okapi 
14/07/2016

Revue de presse kinoise du 14 juillet 2016.

Abbé Apollinaire Malu Malu le 24/02/2014 à Kinshasa,
 lors d’une rencontre avec des acteurs de la société civil. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo  

L’Avenir barre en sa manchette: «La dépouille mortelle de l’abbé Malumalu arrive aujourd’hui à Kinshasa». 
Le quotidien rapporte la nouvelle annoncée par l’actuel président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa aux membres de la Commission d’intégrité et de médiation électorale (CIME), venus signer le livre des condoléances ouvert au siège de la Centrale électorale. 
Corneille Nangaa a expliqué à ses hôtes qu’il a fallu se conformer à la législation américaine avant le rapatriement du corps de son prédécesseur. Selon lui, après avoir rempli toutes les formalités requises, le corps a quitté Dallas mercredi pour Kinshasa via Paris, en France.
L’Avenir précise que le corps de l’abbé Malumalu sera exposé à la Cathédrale Notre-Dame du Congo (commune de Lingwala) et sera ensuite conduit, vendredi 15 juillet, au siège de la CENI avant son exposition au Palais du peuple pour des obsèques officielles. 
La dépouille, note le journal, sera acheminé samedi 16 juillet à Beni (Nord-Kivu), enfin par route, à Butembo, dans la province du Nord-Kivu, pour son inhumation, révèle Corneille Nangaa, cité par le journal. 

Le Phare change de chapitre en titrant : «Résolution 2277, dialogue et présidentielle en RDC cette année». Le quotidien rapporte que cette résolution fait mention de manière claire et expresse de la nécessité de la tenue d’un dialogue politique inclusif en RDC en vue de résoudre la crise politique née du blocage du processus électoral. 
Selon le journal, le dialogue et les élections ne sont plus l’affaire des seuls Congolais mais également de la communauté internationale qui ne fait plus mystère de sa totale implication tant dans les préparatifs de ce forum politique que son organisation, notamment à travers son Groupe de soutien à la facilitation. 
Comme preuve du contrôle effectif du dialogue et du processus électoral en RDC, les envoyés spéciaux de l’ONU, de l’UE, de l’UA et des Etats-Unis d’Amérique font régulièrement le tour des capitales africaines et occidentales pour s’assurer que les partenaires de la RDC se sont tous inscrits dans la dynamique de l’atterrissage en douceur du processus électoral, analyse le quotidien. 

Le Phare revient pour sa part sur la réaction de l’ex-ministre de l’Environnement, Bienvenue Liyota qui rejette les accusations de Greenpeace contre la RDC sur la violation du moratoire forestier. Bienvenue Liyota a affirmé que les titres des trois concessions visées dans le rapport de Greenpeace avaient été bel et bien déclarés convertibles. 

De son côté, La Prospérité titre en sa une: «Augustin Kikukama invite Tshisekedi à la prudence». Le patron du Mouvement de 17 mai (M17), formation politique centriste et, idéologiquement proche de M’zee Laurent-Désiré Kabila, conseille à Etienne Tshisekedi de tirer les leçons de la IIè République avec la plate-forme USORAL (Union sacrée de l’opposition radicale) qui était truffée de taupes, à l’approche de la Conférence nationale souveraine (CNS), lorsque le vagabondage politique battait son plein. 
Plus concrètement, poursuit le quotidien, le M17 demande à Tshisekedi d’éviter de blanchir certains de ses nouveaux alliés qui furent, hier, ministres et vice-ministres pour le compte de la Majorité présidentielle et, donc, redevables de leur gestion commune avec le président Kabila. 
Autant Kikukama et les siens détiennent des dossiers spécifiques accablant les cadres de la Majorité au pouvoir, autant ils n’éprouvent aucune sympathie pour les dissidents de dernière minute, faisant allusion au G7 et autres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire