************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

dimanche 21 août 2016

Questions directes à Floribert Anzuluni

Congo Independant
20/08/2016

Floribert Anzuluni Isiloketsi, 
coordonnateur du mouvement citoyen "Filimbi" et du Front Citoyen 2016

Coordinateur du mouvement citoyen «Filimbi» - qui signifie « coup de siflet » en Swahili - et du Front Citoyen 2016, Floribert Anzuluni Isiloketsi, vit en exil depuis le mois de mars 2015. Il livre sa lecture du double "geste" posé par "Joseph Kabila". 
Jeudi 18 août 2016, Celui-ci a reçu, à sa demande, à Goma, une cinquantaine des activistes du mouvement citoyen "Lucha" (Lutte pour le Changement) dont les six camarades qui venaient de bénéficier d’une mesure de grâce collective. 

A en croire l’un des participants à cette rencontre en l’occurrence Luc Nkulula, le locataire du Palais de la nation leur avait promis de se pencher, « dans les 48 heures », sur le sort de leurs camarades qui étaient encore en détention. 
Vingt-quatre heures après, on apprenait, vendredi 19 août, la remise en liberté dans les prochains jours d’une trentaine de "prisonniers politiques et d’opinion". 
Fred Bauma et Yves Makwambala, activistes de la Lucha et de Filimbi en font partie. Le défenseur des droits humains Christopher Ngoy Mutamba, mêmement. 
Pour mémoire, le 15 mars 2015, des membres des associations précitées ont été arrêtés avec une brutalité inouïe dans la commune kinoise de Masina. ils y avaient organisé un "atelier de réflexions et d’échange" sur "l’engagement citoyen" de la jeunesse congolaise. Leurs invités sénégalais de "Y en a marre" et burkinabé du "Balai citoyen" subirent le même sort avant d’être expulsés. Au cours d’un point de presse qu’il a tenu le 19 mars 2015, le ministre de la communication et des médias Lambert Mende Omalanga a qualifié cet événement de "tentative de déstabilisation des institutions nationales inspirée de l’extérieur". Et d’accuser au passage les jeunes de Filimbi et de la Lucha d’avoir fait appel "à des instructeurs étrangers spécialistes en insurrections violentes (...)". 
Pour "Floribert", "Joseph Kabila" devrait congédier non seulement l’administrateur général de l’ANR, Kalev Mutondo, mais aussi le ministre de la Communication et des médias, Lambert Mende Omalanga. Au motif que ces deux responsables avaient qualifié faussement leurs mouvements de "terroristes". 


Lire aussi :

RDC: Kabila rencontre des militants pro-démocratie opposés à la prolongation de son mandat

Goma : "Kabila" scelle la "réconciliation" avec la "Lucha"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire