MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 17 novembre 2014

Ebola : plaidoyer pour la prise en charge des orphelins à Boende

Radio Okapi 
16/11/2014.

Séance du port des combinaisons
de protection anti-Ebola lors de l’épidémie
d’Isiro, Nord-est de la RDC, en août 2012.
 Photo OMS/Eugene Kabambi.
Les représentants de l’Equateur à Kinshasa plaident pour la prise en charge des orphelins dont les parents sont décédés de la fièvre hémorragique d’Ebola. Au cours d’un point de presse organisé dimanche 16 novembre à Kinshasa, ils invitent les autorités, ONG et autres hommes de bonne volonté à aider «la population meurtrie de Boende à se relever après des moments difficiles de mise en quarantaine». 
« Ebola laisse derrière elle des orphelins, ici et là des problèmes. L’Equateur a besoin d’être appuyé. C’est pourquoi nous disons à toutes personnes de bonne volonté qui ont manifestés la bonne volonté de venir au secours de cette population, de Boende, Lokolia, Boende Moke, Djera, Ikana mongo, Isaka qu’elles continuent », a affirmé Jean Nsaka, membre de cette représentation. 
Le ministre de la Santé a annoncé samedi la fin de la fièvre hémorragique Ebola.

66 cas ont été déclarés depuis le mois d’août dernier, occasionnant 49 décès, selon des sources officielles. 

Après la fin de cette épidémie, Jean Nsaka invite toutes les personnes qui ont fait des collectes au nom de la population de Boende a faire parvenir tout ce qu’ils ont reçu comme don. 
« On ouvre une parenthèse ici pour demander aussi à ceux qui ont procédé à des collectes des biens au nom et pour le compte de cette population meurtrie de Djera qu’ils viennent nous voir, la représentation de l’Equateur. Nous allons les indiquer où déposer ces différentes aides, parce que le gouvernement provincial a difficile à prendre en charge toutes ces personnes », a ajouté Jean Nsaka

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire