MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 25 novembre 2014

Lambert Mende : «La destination de Cobra Matata est le programme DDR»

Radio Okapi 
25/11/2014

Lambert Mende, ministre des Médias de
la RDC à la base de la MONUSCO
à Kanyabayonga où les rebelles FDLR
qui ont volontairement déposé
les armes auprès de la SADC sont logés
avec l'appui logistique de
la MONUSCO, le 5 Juin 2014.
© MONUSCO/Sylvain Liechti
«La destination de Banaloki alias Cobra Matata est le programme DDR [Démobilisation, désarmement et réinsertion]», a affirmé le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, au cours d’un point de presse qu’il a organisé lundi 24 novembre à Kinshasa. Après sa reddition, le chef de la milice de Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI), Cobra Matata, a demandé à réintégré les Forces armées de la RDC. 

Lambert Mende a précisé que Cobra Matata a le droit de formuler la demande d’intégrer les FARDC mais c’est à l’armée de l’étudier. 
« Il ne faut pas vous laisser formaliser par le fait que Banaloki alias Cobra ait demandé d’intégrer les FARDC. C’est son droit de demander mais il faut voir comment les FARDC vont maintenant traiter cette demande puisque les choses ont changé entre le moment où on pouvait sortir d’un groupe armé et intégrer les FARDC sans conditions », a déclaré le porte-parole du gouvernement. 
Lire aussi: Ituri : la FRPI accusée d’exactions dans plusieurs villages

Selon Lambert Mende, la nouvelle loi de l’armée n’accorde pas de facilités aux criminels d’intégrer les FARDC ni moins encore la police. 
« Il y a une volonté politique qui fait qu’on n’intègre pas les gens qui étaient dans l’armée et qui se sont rebellés. Donc il y a beaucoup de conditions qui font que la réponse arrivera à son temps », a déclaré le porte-parole du gouvernement. 
Quant à la demande d’amnistie de Cobra Matata et ses hommes, Lambert Mende a indiqué qu’elle devra aussi être analysée au ministère de la Justice. 
« Ces officiers et les 800 jeunes qui sont avec lui vont forcément soumettre leur problème concernant l’amnistie. Et ce n’est pas parce qu’ils demandent une amnistie qu’elle leur sera accordée. Encore faut-il que la ministre de la justice étudie chaque dossier et décider si en fonction de la loi ils sont éligibles », a-t-il poursuivi. 
Cobra Matata s’est rendu, vendredi 21 novembre dans la soirée aux FARDC à Bunia (Province Orientale). 

La milice de Cobra Matata est accusée de beaucoup d’exactions. En août 2014, la Monusco avait estimé que les abus et autres violations des droits humains, commis par les combattants de ce groupe rebelle sur les populations civiles en Ituri, étaient devenus « insupportables ». 

En juillet dernier, des miliciens de la FRPI étaient accusés d’avoir violé une femme de 20 ans dans la localité de Kitoma. Deux jours plus tard, ils étaient accusés d’avoir violé une autre fille de 15 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire