************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 27 mars 2015

Activistes arrêtés en RDC: la mission d’enquête au point mort

RFI 
27/03/2015

En janvier 2015 déjà, lors des manifestations contre le pouvoir de Joseph Kabila, 
la police avait procédé à des arrestations à Kinshasa. AFP/Papy Mulongo 

En RDC, quatre jours après l’annonce d’une mission d’information parlementaire pour faire la lumière sur l’arrestation d’une dizaine de militants de la société civile, rien ne s’est encore passé. Cette mission, composée d’une quinzaine de députés, n’a pas encore commencé à travailler. 

Lorsqu’on demande aux députés qui composent la mission d’information, pourquoi ils n’ont pas encore commencé à travailler, la réponse est toujours la même : l’ordre de mission n’a pas été signé. Ce document doit être paraphé par le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku. C’est d’ailleurs lui qui a annoncé la création de cette mission d’information. Ce document est une sorte de permis qui donne accès aux différentes institutions que les députés souhaitent interroger. 

Pourquoi cette signature a-t-elle pris du retard ? Pour le président de l’Assemblée, ce n’est pas de sa volonté. Jusqu’à mercredi, la mission n’était pas encore au complet, dit-il, trois noms manquaient à la liste. Dès ce vendredi matin, il promet de signer le document. Les députés vont devoir vérifier le déroulement des faits, et l’état de la procédure. Mais dans les couloirs de l’Assemblée, on murmure que le retard pris est intentionnel, car avoir des députés qui se penchent sur le travail des services de renseignement est compliqué.

Pendant ce temps, la dizaine de militants de la société civile est toujours détenue sans avoir eu accès à un avocat, à la visite de leur famille ou à celle du bureau des droits de l’homme des Nations unies. Jeudi à Goma, un nouveau sit-in devant le gouvernorat a réclamé la libération immédiate de ces militants comme d’autres responsables politiques arrêtés et toujours pas présentés au parquet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire