MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 29 avril 2015

Le Phare: «Vague de réfugiés burundais au Sud-Kivu, la RDC sous la menace de Turquoise bis»

Radio Okapi 
29/04/2015

Revue de presse kinoise du mercredi 29 avril 2015.

Revue de presse du 14 fevrier 2011
La crise politique éclatée depuis quelques jours à Bujumbura (Burundi) fait craindre Le Phare qui titre en sa manchette : «Vague des réfugiés burundais au Sud-Kivu, la RDC sous la menace de Turquoise bis». 
Le quotidien rapporte dans cet article que de nombreux milliers de réfugiés burundais, auxquels se sont mêlés des citoyens congolais, sont signalés, depuis le dernier week-end, dans plusieurs localités du Sud-Kivu, avec en tête de liste Uvira. 
Selon le tabloïd, ces personnes fuient naturellement la grande insécurité qui prévaut dans leur pays à la suite des bavures policières (tueries, tortures, arrestations arbitraires) lors des manifestations populaires provoquées par la décision du président Pierre Nkurunziza de vouloir briguer un troisième mandat, en violation de la Constitution. 
Avec cet afflux de réfugiés burundais, Le Phare redoute que la RDC puisse connaître une nouvelle opération «Turquoise », laquelle avait permis, en 1994, sous le couvert de la France et de la Communauté internationale, mais avec la bénédiction du gouvernement de l’ex-Zaïre, à près d’un million de réfugiés Rwandais, de s’installer à travers plusieurs camps d’accueil du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, avant de gagner plus tard des villes et villages de ces deux provinces.
Le quotidien rappelle qu’aux vrais réfugiés s’étaient mêlés des éléments de l’ex-armée de feu le président Habyarimana ainsi que des miliciens génocidaires Hutu, qui avaient traversé la frontière avec armes et bagages. 

Dans un autre chapitre, La Prospérité revient sur les pourparlers entre l’opposition et la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le quotidien barre en sa une: «Processus électoral, Ceni-Opposition, regards croisés». 
Dans cet article, le tabloïd rapporte que la Ceni ne rejette pas en bloc les préoccupations formulées par les opposants sur le processus électoral en cours et assure que les nouveaux majeurs seront fixés sur leur participation ou non aux élections provinciales et locales à venir. 
Le tabloïd estime qu’à l’heure actuelle que seules, la loi organique de la Ceni et la législation électorale peuvent résoudre des préalables posés par l’opposition politique avant sa participation aux provinciales. 
La Prospérité indique qu’après la rencontre du 27 avril, l’Opposition a fait une déclaration qui a sérieusement pris à partie les animateurs de l’organe chargé d’organiser les élections en RDC, les accusant de bras séculier de la mouvance présidentielle. 
Le quotidien souligne que l’intervention, en date du 16 avril, du président de la Ceni pour confirmer le lancement de l’opération de retrait et dépôt des candidatures aux provinciales a été perçue par l’Opposition comme une défiance caractérisée.
Comme quoi, le principe de neutralité consacré dans la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI n’a pas été respecté, poursuit La Prospérité. 

De son côté, Forum des As titre : «Matata décrète la rigueur». Le quotidien indique que le Premier ministre a décidé que toutes les dépenses, en dehors de celles relatives aux rémunérations et au fonctionnement, soient soumises à son appréciation. 
Pour Forum des As, cette décision émane de la circulaire de Matata Ponyo datée du 20 avril courant adressée aux membres de son gouvernement. Ce qui fait dire à certains observateurs que le Premier ministre vient de « verrouiller » financièrement ses ministres, souligne le tabloïd. 
Le journal estime que cette mesure constitue, sans nul dote, une pilule amère pour les vice-Premiers ministres, ministres d’Etat, ministres et vice-ministres du gouvernement de cohésion nationale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire