************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 28 avril 2015

RDC: un périple pour la paix dans le Sud-Kivu

RFI 
28/04/2015

Dans la région du Sud-Kivu, dans l'est du pays, les tensions sont récurrentes 
entre les différentes communautés ethniques. 
AFP PHOTO/FEDERICO SCOPPA 

Des leaders politiques ont entrepris un voyage de trois jours dans le Sud-Kivu avec l'objectif de promouvoir la réconciliation entre communautés. Une opération organisée par deux ONG, l'une congolaise, l'Association pour un développement communautaire intégré, et l'autre française, l'Initiative pour un leadership cohésif. Pendant trois jours, ils sont allés à la rencontre des différentes communautés du Sud-Kivu, une région où les tensions entre groupes armés sont toujours nombreuses. 

Le sénateur Moïse Nyarugabo a pris part à ce voyage. Il est originaire de la communauté banyamulenge. Selon lui, aujourd'hui, les différentes populations locales du Sud-Kivu sont prêtes à faire table rase du passé. « On sent que chaque communauté va dans le sens de tourner la page, souligne-t-il. Je pense que le changement au niveau de la base est le résultat d'un processus. Ça fait des décennies que ces communautés se battent. Les uns et les autres réalisent que personne ne gagne et qu'ils ont tous à gagner lorsqu'ils travaillent pour la paix. »

Lors de leur périple, ces leaders d'opinion congolais sont également allés à la rencontre de groupes armés du Sud-Kivu. Sadiki Byombuka est député du territoire de Mwenga et d'après lui, plusieurs de ces milices envisagent de déposer les armes. « On a rencontré des personnes qui ont été dans les groupes armés et même des personnes qui font encore la navette entre les groupes armés et la vie ordinaire, indique-t-il. Cette tendance-là, d'abandonner carrément cette activité, de vivre dans la brousse comme groupe armé, elle est manifeste. D'abandonner carrément et soit de revenir à la vie civile soit d'intégrer les forces de la République. » 

Selon Patrick Mze Somora, ministre du Budget du Sud-Kivu, le dialogue est essentiel, mais il n'est qu'un volet du développement de la région : « C'est important de ne pas voir un seul aspect. Ça entre dans une synergie d'actions, explique-t-il. Au même moment où nous agissons pour le dialogue, nous agissons également dans les projets intégrateurs. Et nous avons besoin du soutien de tous les acteurs impliqués. Les investissements contribuent aussi à la cohésion sociale. » 

Des investissements qui ont pour but de renforcer l'autorité de l'Etat congolais dans la province du Sud-Kivu.

Lire aussi :

RDC: les leaders politiques oeuvrent pour la paix au Sud-Kivu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire