MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 6 avril 2015

Le vice-premier ministre Evariste Boshab dément la rumeur de fosse commune à Maluku et invite les experts de l’Onu à l’exhumation des corps

Digital Congo avec L'Avenir
Pius Romain Roldand
06/04/2015 16 h 13

La découverte par la population de l’existence d’une fosse commune dans la banlieue de Maluku et contenant plusieurs cadavres y enfouis est démenti par le Vice-premier ministre de l’Intérieur, Evariste Boshab, qui demande même aux experts de l’ONU der procéder à l’exhumation de ces corps comme preuve de bonne foi des autorités congolaises 

Tout est parti de la correspondance du bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme, qui met en cause le gouvernement de la République par rapport à la présence d’une fosse commune découverte à Maluku, une banlieue située à 80 Km de la ville de Kinshasa. Il en va de même des accusations fausses relayées par l’opposition congolaise au regard des évènements survenus en date des 19, 20 et 21 janvier consécutifs à l’examen du projet de loi portant organisation des élections locales, urbaines municipales et provinciales. Mensonge qui a fait croire à l’opinion que la loi avait pour sous bassement le prolongement de mandat de l’actuel Président de la République, à travers l’alinéa 3 de l’article 8 dudit projet de loi. 

Compte tenu de toutes ces allégations, le Gouvernement se devrait de réagir et éclaircir les choses une fois pour toutes. C’est dans cet exercice que le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité nationale, Evariste Boshab, dans une séance de travail, a réuni les experts des Nations Unies, le Bureau Conjoint des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, les ONG des droits l’homme tant nationale qu’internationale, ainsi que le service de sécurité. Le patron de la sécurité se devait de réagir par rapport à cette correspondance qui stipule l’enterrement des Congolais tombés lors des événements du 19 au 21 janvier 2015 dans une fosse commune à Maluku.

Plus de doute 
A en croire Evariste Boshab qui met en cause ces accusations gratuites, « le 19 mars 2015, la morgue centrale, comme d’habitude, a écrit à l’Hôtel de Ville puisqu’il y avait un nombre important des indigents et tout corps qu’il y avait, on ne savait où les mettre, il fallait à tout prix organiser l’enterrement. Le vœu exprimé par la morgue centrale, l’inhumation se fait soit très tôt, soit tard dans le soir au moment où l’on n’enterre plus personne ». Ce démenti justifie aux yeux de ces ONGD tant nationales qu’internationales que le Gouvernement de la République Démocratique du Congo n’a rien à cacher aux yeux de l’humanité, car travaillant dans la transparence la plus totale. 

Si le doute persiste, insiste Evariste Boshab, le gouvernement est prêt d’exhumer tous les corps enterrés à Maluku pour des examens et autopsie approfondie. Disons qu’à cette séance de travail prenait part Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice et Garde des Sceaux. Le Garde des Sceaux est allé dans le même sens que son collègue du gouvernement pour préciser en ces termes : « si chez vous il persiste un moindre doute sur les circonstances de la mort de ces personnes, nous sommes prêts pour faire exhumer l’ensemble des corps pour que vous ayez la conscience tranquille. 

Parce que pour nous, c’est l’occasion aussi pour pouvoir montrer à l’opinion tant nationale qu’internationale que ce ne sont pas des gens que la police a exécutés ». Compte tenu de toutes ces précisions et ces affirmations claires et justifiées, plus de malentendus dans ce prétendu enterrement des Congolais victimes des événements des 19, 20 et 21 janvier 2015. Le Bureau conjoint des Nations Unies pour les Droits de l’homme aussi bien les ONGD présent à cette séance de clarification a désormais la conscience tranquille. 

A cette même occasion, le patron de la territoriale, Evariste Boshab a adressé une correspondance à tous les Gouverneurs de province de modifier la procédure sur l’enterrement des indigents et les corps non identifiés afin d’éviter toute suspicion à l’avenir. Désormais, les colporteurs de fausses informations distillées dans les chancelleries auront du mal à prouver leur mensonge, d’autant plus que le Gouvernement, seul détenteur de la politique et de la gestion de la cité, a levé l’option de prendre de la hauteur pour éclairer l’opinion tant nationale qu’internationale. 
Pius Romain Rolland/L’Avenir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire