************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 13 mai 2015

Equateur: 212 prisonniers militaires seront transférés de Kinshasa à Angenga

Radio Okapi
13/05/2015

Un bâtiment de la prison d'Angenga
en Equateur.
Ph. dts tiers.
Deux cents douze condamnés militaires écroués à Ndolo et Makala, à Kinshasa, sont arrivés mardi 12 mai à Mbandaka, en transit vers la prison militaire d’Angenga (Equateur). Deux avions militaires, un Boeing et un Antonov, sont affectés à cette opération du gouvernement central. Dans un premier temps, indique la 13e Région militaire, les militaires condamnés à plus de 5 ans de détention sont concernés. Le but est de désengorger certains lieux de détention du pays. 

Le transfèrement se fera progressivement de Kinshasa à Angenga via Mbandaka. Avec la première rotation Mbandaka – Angenga, 53 prisonniers ont déjà été acheminés. 

Le ministre provincial de la Justice/Equateur, Pascal Selinga qui a assisté à cette opération à Mbandaka, a rassuré sur les conditions d’incarcération à la prison militaire d’Angenga: 

«Pour ce qui concerne Angenga, l’autorité qui est chargé de l’administration pénitentiaire m’a dit que tout a été déjà mis en place. Les ustensiles, les denrées, les matelas et certainement les produits pharmaceutiques ont été envoyés. Alors, pour combien de temps ? –C’est ça le problème qui reste !» 
Il a promis de descendre lui-même sur place à Angenga, une fois le transfèrement des prisonniers achevés, pour vérifier ces informations. 
«Mais, ils m’ont dit que tout a été prépositionné là-bas. Donc, faisons confiance», a-t-il poursuivi
La population de Mbandaka, de son côté, souhaite que les Kulunas (gangsters) aux arrêts soient aussi transférés à Angenga. 
«Nous avons souhaité qu’après les militaires, on commence avec les Kulunas, ceux qui sont régulièrement condamnés par la justice militaire ou civile», a réagi Pascal Selinga. 
La prison militaire d’Angenga a été réhabilitée en 2013 par le gouvernement congolais pour recevoir 850 détenus. Mais sa capacité maximale va au-delà de mille pensionnaires, a affirmé Pascal Selinga.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire