************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 13 mai 2015

Une fondation belge au secours du parc des Virunga

Le blog de Colette Braeckman 
08/05/2015

Soutenue par des mécènes privés, dont l’Américain Howard Buffet, l’ »Alliance Virunga » développe de nombreux projets de développement liés au plus ancien parc d’Afrique, dans le Nord Est du Congo. 

D’ici fin décembre, une centrale électrique de 13 mégawatts, construite à Matebe, sur la rivière Rutshuru, fournira toute l’énergie nécessaire à la région du même nom. 
« Nous devons prendre de vitesse les chefs de guerre, les noyer sous les possibilités d’emploi que nous allons créer » explique Emmanuel de Merode, conservateur du parc.
Il sera désormais appuyé par une fondation belge, portant également le nom de Virunga et qui s’intéressera plus particulièrement aux aspects sociaux liés au plus ancien parc d’Afrique. 

Créée à l’initiative de François Xavier de Donnéa, soutenue par Didier Reynders, Herman de Croo et d’autres personnalités, cette fondation-sœur devrait aider Emmanuel de Mérode à améliorer les conditions de vie et de travail de ceux auxquels le directeur a rendu un hommage appuyé : les 480 agents de l’Institut congolais pour la conservation de la nature et les 300 membres de l’équipe déployés sur le terrain.
« Leur dévouement est exceptionnel » souligne le conservateur « et, au cours des années de troubles que nous avons traversées, 140 agents congolais du parc ont perdu la vie. » 
C’est que, non content d’abriter de nombreux groupes armés, le parc leur fournit aussi des ressources appréciables : l’ exploitation du charbon de bois rapporte 35 millions de dollars par an, la pèche illicite 38 millions. A ces menaces s’ajoutent les perspectives d’exploitation pétrolière… 

Désireux de prendre de vitesse les chefs de guerre, de Merode entend multiplier les activités génératrices de revenus, entre autres grâce à la production d’énergie : 
« chaque mégawatt produit peut générer de 800 à 1000 emplois, dans les secteurs de l’agro industrie, du tourisme… La seule savonnerie de Mutwanga que nous avons créée représente 400 emplois. Il y a une course entre les promesses de développement, de travail et la dégradation de la situation sécuritaire : des caches d’armes ont été découvertes, de nouveaux groupes armés apparaissent… »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire