************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 28 mai 2015

Equateur: tensions communautaires dans le secteur de Bosomelo

Radio Okapi 
28/05/2015

La cité de Dongo, Sud-Ubangui,
théâtre d'une insurrection
en novembre 2009 (RDC)
La situation sécuritaire reste précaire dans le groupement Bogbonga, secteur de Bosomelo, territoire de Bongandanga, dans la Mongala, où deux clans se disputent les droits de pêche sur la rivière Momboto. Il y a dix jours, le chef de groupement de Bogbonga a été poignardé dans une altercation liée à ce conflit et une cinquantaine d’habitations incendiées. Maintenant, c’est l’arrestation samedi 24 mai de ses fils par la police territoriale de Makanza qui fait remonter la tension. 

La situation est telle que les deux clans du groupement Bogbonga sont sur le point de s’affronter encore. La tension est montée d’un cran après l’arrestation samedi dernier des fils du chef de groupement, Louis Libamba, dont l’un avait tiré avec une arme à feu sur l’un des agresseurs de son père. Ce dernier a été évacué à l’hôpital de Makanza où il est soigné. Alors que sa situation sanitaire est encore précaire, la police territoriale de Makanza est allée arrêter les fils Libamba, sans distinction, pour usage d’une arme à feu contre un homme. 

Comme à l’accoutumée, témoignent des sources concordantes, chèvres et poules des personnes arrêtées ont été ravies par la police. La situation est tel qu’une nouvelle escalade de violence peut arriver à tout moment entre les deux clans en conflit, redoutent les mêmes sources.

Mais, le secteur de Bosomelo dépend plutôt du commissariat territorial de Bongandanga et non de celui de Makanza. Le ministre provincial de l’Intérieur, Michel Liyele wa Liyele qui condamne cette incursion, la qualifie de violation de la juridiction sécuritaire de Bongandanga. 

Une délégation des autorités provinciales, indique Michel Liyele wa Liyele, doit quitter bientôt Mbandaka pour aller s’enquérir de la situation sur place.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire