************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 13 mai 2015

RDC : la Banque mondiale accompagnera le gouvernement dans le secteur agricole

Radio Okapi 
11/05/2015

Madame Sri Mulyani indrawati,
Directrice générale du Groupe de
la Banque mondiale
lors d’une interview accordée à Radio Okapi
/Ph. John Bompengo
 
La Banque Mondiale dit être disposée à accompagner le Gouvernement de la RDC dans l’implantation du Parc agroindustriel et sur le plan financier. La directrice générale du Groupe de la Banque Mondiale, Mme Sri Mulyani, l’a déclaré mardi 12 mai dans une interview exclusive accordée à Radio Okapi lors de son séjour à Kinshasa. 
« Le Premier ministre nous a expliqué ce projet de développement de parc agro industriel qui va être étendu de 22 à 26 sites et la Banque mondiale et la SFI (Société financière international) sont prêtes à apporter leur appui en fonction des besoins du gouvernement et apporter l’expertise nécessaire pour développer ce secteur important », a affirmé Mme Sri Mulyani. 
Elle a encouragé la RDC à amplifier la relance du secteur agricole, qui selon elle, est très prometteur pour le développement du pays. 
« Si vous regardez dans le potentiel du pays, vous remarquerez qu’il y a d’énormes possibilités pour que ce pays se développe. Mais le projet de parc agro industriel représente un immense potentiel parce qu’il aborde un autre secteur : l’agriculture dont dépend la grande majorité de la population », a poursuivi la directeur de la Banque mondiale. 
Sri Mulyani a indiqué que l’agriculture a pour rôle d’aider à la réduction de la pauvreté mais aussi à l’amélioration du bien être des populations. 
« Il est important d’améliorer d’abord les cadres des politiques, mais pas seulement en ajoutant beaucoup d’argent au secteur mais surtout en s’assurant que les politiques sont bien ficelées de sorte que les productions qui ressortent de ce secteur soient écoulées sur un marché et il faut étudier tout ce système », a-t-elle renchérit, tout en invitant que le secteur privé participe à cet effort du développement agricole.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire