MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

samedi 18 juillet 2015

Respectant la Constitution : le Katanga accepte son démembrement

Digital Congo 
18/07/2015


Le président de l’Assemblée provinciale du Katanga a dit que, malgré leur réticence du départ, les autorités katangaises et le peuple katangais se sont pliés aux prescrits de la Constitution et des lois du pays. 

Malgré son désaccord lié à la sauvegarde de l’identité katangaise, l’Assemblée provinciale du Katanga a finalement approuvé à l’unanimité le rapport fait en plénière par la Commission venue de Kinshasa pour l’installation de nouvelles provinces. 

Selon son speaker, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, les Katangais de même que leurs autorités sont respectueux de la Constitution et des lois du pays. 

Toutefois, Il a fondé l’espoir que les nouvelles provinces, à savoir le Lualaba, le Tanganyika, le Haut-Lomami et le Haut-Katanga, ne manqueront pas de réclamer, le moment venu, le reliquat que le gouvernement central doit à l’ex-province du Katanga.

Ce pactole, destiné à résoudre la question des infrastructures, avoisinerait les 2,5 milliards USD, chiffre cumulé à partir de 2007. Quant au gouverneur sortant, Moise Katumbi Chapwe, il est revenu sur le respect de la Constitution avant de déclarer qu’en politique, il faut apprendre à partir. 

Mission accomplie pour la commission de l’installation de nouvelles provinces au Katanga. Son rapport a été approuvé en plénière par l’Assemblée provinciale le jeudi l6 juillet 2015. 

Les membres de la Commission ont félicité les autorités katangaises pour leur franche collaboration. Une mention spéciale a été faite à l’endroit du gouverneur Moïse Katumbi Chapwe pour sa disponibilité et le travail abattu à la tête de cette province dont l’importance sur le plan national n’est plus à démontrer aujourd’hui. 

Après avoir félicité à son tour la commission venue de Kinshasa, le président de l’Assemblée provinciale du Katanga Gabriel Kyungu wa Kumwanza a dit que, malgré leur réticence du départ, les autorités katangaises et le peuple katangais se sont pliés aux prescrits de la Constitution et des lois du pays. Raison pour laquelle, cette acceptation du démembrement du Katanga en quatre provinces s’est passée sans heurts. Les oiseaux de mauvais augure qui avaient prédit un soulèvement populaire à l’occasion doivent se mordre les doigts. 

Kyungu wa Kumwanza a saisi l’opportunité qu’offrait cette cérémonie haute en couleurs pour féliciter le gouverneur sortant Moïse Katumbi Chapwe. Il a indiqué que c’est sous le mandat de ce dernier que la province du Katanga a été placée sur l’orbite du développement. Sans omettre le fait que le Katanga a été le poumon de l’économie congolaise de par sa contribution à environ de 51 % au budget national. « Le Katanga a été un modèle et un exemple à suivre pour les autres provinces du pays », a rappelé Kyungu wa Kumwanza. 

Dans la foulée, le président de l’Assemblée provinciale du Katanga a interpellé anticipativement les autorités des nouvelles provinces, à savoir le Lualaba, le Haut-Lomami, le Tanganyika et le Haut-Katanga, sur l’impérieuse nécessité de réclamer le reliquat que le gouvernement central doit à la province du Katanga. Il s’agit des arriérés de rétrocession estimés à environ 2,5 milliards USD. Ce montant représente un cumul allant de 2007, année d’entrée en fonction du gouvernement provincial sortant, à mai 2015, date de la clôture de l’exercice pour l’ex-province du Katanga. 

Selon Kyungu wa Kumwanza, sur l’enveloppe totale attendue et évaluée à 3 milliards USD, la province du Katanga n’a obtenu de Kinshasa qu’environ 420 millions USD. Situation qui a eu pour effet, de réduire les marges de manœuvres dans le plan d’action du gouvernement provincial du Katanga. Le reliquat, somme toute un droit à quérir, devra être réparti en quatre et permettre aux nouvelles provinces issues du découpage territorial de résoudre la question d’infrastructures qui se pose avec acuité. 

Enfin, le démembrement du Katanga n’est plus une vue d’esprit mais une réalité vivante. Cela dans la mesure où le gouvernement central a procédé récemment à la nomination de différentes autorités au niveau de nouvelles provinces : les directeurs de province, les responsables de la Direction générale de migration(DGM), ceux de la Police nationale congolaise (PNC), etc. A noter que, selon le ministre de l’Intérieur, les directeurs de province nommés auront ente autres charges de convoquer l’électorat pour les nouveaux gouverneurs de province. Le Potentiel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire