************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 11 décembre 2015

L’Avenir : «Assemblée nationale: Samy Badibanga, Fabien Mutond et Muhindo Nzangi dans le viseur du PGR»

Radio Okapi 
11/12/2015

Revue de presse du vendredi 11 décembre 2015

Des députés de l’opposition congolaise, 
le 07/05/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, 
lors de la présentation du programme du gouvernement 
à l’Assemblée nationale par 
le Premier ministre Matata Ponyo Mapon. 
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo  

La demande de la levée d’immunités parlementaires des trois députés de l’opposition, le dialogue politique et ses nouvelles tournures ainsi que les retombées de la COP21 pour la RDC alimentent la presse parue vendredi 11 décembre à Kinshasa. 

L’Avenir annonce que les trois députés issus de groupe parlementaire UDPS et Alliés ainsi que Muhindo Nzangi, du Mouvement social pour le renouveau (MSR), membre influent du G7, sont dans le viseur du Procureur général de la République. Ce dernier a saisi officiellement l’Assemblée nationale par un réquisitoire pour solliciter la levée de leurs immunités, rapporte le journal. 
Les trois élus qui sont issus de l’opposition étaient initiateurs de la pétition contre le bureau de l’Assemblée nationale. 
Lors de l’examen de cette motion, l’honorable Yala Tutu s’en était pris à ses collègues de l’opposition pour avoir apposé une fausse signature sur son nom, soit au numéro 49 de la liste de pétition, alors qu’il n’a pas été contacté, rappelle le journal.
Il accuserait ses collègues d’usage de faux en écriture. 

Forum des As revient sur le dialogue, l’un des sujets les plus exploités de la semaine sur le titre: «Dialogue : l’UDPS n’y croit plus». Le journal met en avant plan un accord annoncé jeudi 10 décembre à Paris, entre Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi. 
Les deux acteurs rejettent le Forum national convoqué par le président Kabila, révèle le journal. 
Cet entretien qualifié de fructueux entre les deux personnalités, indique Forum des As, a porté sur le dialogue. Elles ont défendu l’option de ne pas aller à ce forum national, avant d’évoquer les élections. L’option choisi est de les tenir dans les délais constitutionnels, c’est-à-dire en novembre 2016 avec une passation des pouvoirs au 20 décembre de la même année, affirme le journal. 

La Prospérité revient sur les inquiétudes que provoquent les positions parfois contradictoires de l’UDPS. L’attitude de l’UDPS pose un sérieux problème, pour la matérialisation du dialogue en RD. Congo, soutient le journal. Tantôt, c’est Etienne Tshisekedi, lui-même, qui retire ses hommes des pourparlers d’Ibiza et de Venise, tantôt, c’est Félix Tshisekedi, le fils, qui multiplie des conditionnalités, avant d’aller au dialogue. 
Pour le journal, Etienne Tshisekedi subordonne la participation de l’UDPS, lors de cet imminent rendez-vous, à l’implication d’un facilitateur ou médiateur international qui, à selon lui, aurait, plutôt, un rôle central, en lieu et place d’une simple mission de bons offices, comme prévu dans l’Ordonnance présidentielle du 28 novembre 2015, rappelle le journal. 
Face à cette situation, la MP a voulu recadrer les choses, via un communiqué de presse datant du jeudi 10 décembre. 
Le porte-parole de la Majorité présidentielle, André-Alain Atundu, fait remarquer que le " Dialogue n’a pas été convoqué pour se substituer à la Ceni ou aux institutions de la République ". 

Forum des As s’intéresse aussi à l’environnement: «COP 21 : un milliard USD pour la préservation des forêts du bassin du Congo», titre le journal, ajoutant que les Etats du Bassin du Congo (le Cameroun, le Gabon, la République Centrafricaine, la République du Congo, la Guinée Equatoriale et la RDC) vont bénéficier de ce financement pour la préservation des forêts. 
La RDC se taille la part du lion, avec 250 millions USD, soit le quart de ce montant. Cela se justifie par le fait que le pays dispose d’une étendue de 155 millions d’hectares des forêts, soit le deuxième massif forestier tropical du monde après l’Amazonie, rappelle le journal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire