************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 9 décembre 2015

RDC : le budget alloué au secteur agricole n’a pas atteint 3% depuis 2007

Radio Okapi 
09/12/2015

Vente de désertes agricoles le long de la route Boma-Matadi en RDC. 
Ph Don John Bompengo 

Le budget alloué au secteur agricole en République démocratique du Congo n’a pas atteint 3% entre 2003 et 2013. La revue diagnostique des dépenses publiques dans le secteur agricole et rural de la Banque mondiale l’a révélé mardi 8 décembre. 

Durant cette période sous examen, le programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA) note que la part exécutée du budget alloué pour le secteur agricole et rural représente en moyenne 2% par rapport au budget total exécuté. Le PDDAA a été adopté en 2003 par l’Union africaine (UA) et les présidents des pays membres à Maputo au Mozambique. 

Dans ce programme, les chefs d’Etats africains s’étaient engagés à fournir 10% de leurs budgets annuels au secteur de l’agriculture.

Le PDDAA indique par contre qu’au cours de la même période, la RDC a affecté 11% des parts de ses engagements du budget total destiné pour le secteur de l’enseignement et 7% pour la santé. 

Des chiffres qui ne devraient pas marquer les efforts consentis par le gouvernement congolais pour relancer le secteur agricole en RDC, a nuancé le ministre de l’Agriculture, Emile Mota Ndongo. 

A l’en croire, le secteur agricole devrait prendre, dans l’actuelle loi des finances 2016, près de 10% du budget national. 

La Banque mondiale de son côté suggère, pour améliorer l’efficacité de la dépense publique dans le secteur agricole et rural, que des contraintes structurelles soient levées. 

Il s’agit notamment de l’amélioration des investissements publics dans la recherche et les services agricoles et un meilleur accès aux intrants de qualité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire