************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

dimanche 3 janvier 2016

RDC: 2ème anniversaire de l’assassinat du colonel Mamadou Ndala

Radio Okapi 
02/01/2016



Le véhicule 4X4 qui transportait le colonel Mamadou Ndala
en plein feu non loin de l'aéroport de Beni, le 2 janvier 2014.
Deux ans après l’assassinat du colonel Mamadou Ndala, des jeunes de Goma ont réclamé samedi 2 janvier 2016 qu’une «vraie justice soit rendue à hauteur de l’illustre soldat.» Pourtant, le colonel Mamadou fut officiellement fauché près de la ville de Beni par une roquette tirée par des présumés rebelles ougandais des ADF. Et un officier des FARDC et un rebelle ougandais des ADF ont été condamnés à la peine capitale pour leur rôle dans cet assassinat. 

Certains jeunes rencontrés à Goma regrettent qu’aucune cérémonie ne soit organisée ce 2 janvier 2016, deux ans après la mort de ce vaillant soldat congolais. Cet autre jeune de Nyiragongo, théâtre de la bataille décisive contre la rébellion du M23 en 2013, a déclaré pour sa part:

« J’ai beaucoup aimé le travail de terrain de notre feu colonel Mamadou Ndala. Celui qui a mis à jour les capacités des FARDC. Mais hélas, le héros sera parti dans des circonstances obscures: paix à ton âme !» 

Le colonel Mamadou Ndala a été rendu célèbre surtout pour avoir défait, fin 2013 avec l’appui militaire de la Monusco, le M23 qui occupait une partie du Nord-Kivu, jusqu’ aux portes de Goma. 

Aucun Congolais n’a oublié l’héroïsme de cet officier. Personne n’a oublié le son de sa voix déchirante, qui promettait de traquer l’ennemi « jusque sous terre, jusque sous les eaux ». 

Le colonel Mamadou Ndala est mort dans un attentat le 2 janvier 2014 près de Beni. Une vingtaine de personnes civiles et militaires avait été arrêtée et jugée dans cette affaire. 


Après plus d’un mois d’audiences à Beni, la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu avait rendu son verdict lundi 17 novembre de la même année: le lieutenant-colonel FARDC Birocho Nzanzu Kosi et un rebelle ougandais des ADF – en fuite – ont été condamnés à la peine capitale. La cour avait prononcé également de lourdes peines pour d’autres prévenus et trois acquittements. 

Mais de nombreux habitants de Goma se disent toujours non satisfaits de ce verdict. Ils continuent de réclamer «une justice à la hauteur du célèbre soldat.»

Lire aussi :

Meurtre sur ordonnance :Assassinat du colonel Mamadou Ndala : Deux ans de mystère!

RD Congo – 2 janvier : Hommage au colonel Mamadou Ndala – Boniface Musavuli


Assassinat du colonel Ndala – Complément d’enquête : Arrêt sur images – DESC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire