************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 29 février 2016

Nord-Ubangi: des hippopotames sèment la panique à Mobayi-Mbongo

Radio Okapi 
28/02/2016

Derniers hippopotames des Virunga. 
Suite aux guerres, les hippopotames ont presque disparu de l'est de la RD-Congo. 
Il y'a encore 20 ans, ces animaux constituaient la plus grande population d'hippopotames d'Afrique. 
Photo: Flickr bjectifbrousse 

Des hippopotames, devenus nombreux sur la rivière Ubangi, menacent les populations des villages et campements situés le long de ce cours d’eau, en territoire de Mobayi-Mbongo (Nord-Ubangi). 

La société civile provinciale a livré cette information, dimanche 28 février, à Radio Okapi. 

Cette structure indique qu’un hippopotame avait tué, il y a une semaine, un jeune homme qui pêchait à la hauteur du village Gbiaka, à une cinquantaine de km de Gbadolite. 

Cette situation a créé la panique dans cette localité et dans les campements, où les riverains craignent maintenant de pêcher sur la rivière Ubangi.

Le président de la société civile du Nord-Ubangi, Taylor Taima, demande aux autorités de prendre des mesures pour refouler ces hippopotames et sécuriser la population de cette partie du Nord-Ubangi: 
«Je lance un cri d’alarme à l’endroit des autorités. Je sais que c’est une espèce protégée mais je pense que l’homme vaut plus que l’hippopotame. C’est pourquoi, je demande aux autorités de prendre des mesures de refoulement pour inquiéter ces hippopotames s’ils attaquent à des personnes. Cette situation délicate demande à ce qu’on puisse prendre des mesures draconiennes à l’endroit de ces hippopotames». 
Taylor Taima a par ailleurs estimé nécessaire que ces animaux soient refoulés en vue de permettre aux populations -qui vivent essentiellement de la pêche et des champs- de vivre en paix.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire