MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 7 juin 2016

Le Phare : «Malgré les tirs groupés des sénateurs : Matata reste droit dans ses bottes»

Radio Okapi 
07/06/2016 

Augustin Matata Ponyo Mapon, Premier Ministre de la RDC
 le 05/11/2012 au Palais du peuple à Kinshasa, devant l’Assemblée nationale. 
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo 

La réplique lundi du Premier ministre aux questions soulevées par les sénateurs en rapport avec sa gestion de quatre années à la tête du gouvernement et l’option levée par l’ONU, l’UE, l’UA et l’OIF d’accompagner la facilitation en vue du dialogue sont des sujets commentés par les journaux parus mardi 7 juin à Kinshasa. 

Le Premier ministre s’est rendu de nouveau lundi 6 juin à la chambre haute du Parlement pour répondre aux préoccupations des sénateurs relatives à la question orale avec débat de leur collègue Florentin Mokonda Bonza. «Malgré les tirs groupés dont il a été l’objet de la part des sénateurs, Matata Ponyo est resté droit dans ses bottes», juge Le Phare. 
Sur le plan économique, Matata a fait savoir qu’il n’est pas du tout déconnecté des réalités, comme il avait été dit dans l’hémicycle. Les chiffres qu’ils donnent sur la situation économique du pays ne sont pas les siens, mais plutôt ceux certifiés par des organismes internationaux, s’est défendu le chef du gouvernement, relate le quotidien. 
Il a cependant admis « le frémissement du taux de change mais, a-t-il soutenu, la situation est sous contrôle, comparativement à ce qui se passe actuellement dans certains pays de la région, où la dépréciation moyenne depuis le début de l'année est de 30%», peut-on lire dans les colonnes du journal.

Invité à clôturer sa question orale avec débat portant sur la conduite de la politique de la nation, le sénateur Mokonda s’est dit insatisfait et donc pas du tout convaincu par les réponses données par le chef du gouvernement à sa question orale avec débat, rapporte pour sa part Forum des As. 
Le sénateur n’a même pas voulu aller jusqu’à l’interpellation du Premier ministre même si le règlement intérieur lui donne ce pouvoir-là, poursuit le quotidien. 

La Prospérité qui commente également ce grand oral de Matata Ponyo devant les sénateurs, estime que le Premier ministre a démontré dans sa réponse la nécessité de maintenir le cap si l’on veut faire de la RDC un vrai pays émergent. 

Le journal aborde dans un tout autre registre l’épineuse question de la tenue du dialogue inclusif en RDC et indique qu’il y aura un groupe de soutien pour accompagner le facilitateur Edem Kodjo à organiser ce dialogue entre acteurs politiques congolais comme il y a eu le Comité International d’Accompagnement de la Transition lors du schéma 1+4. 
Il s’agit, précise le quotidien, d’une décision prise, le 5 juin à Addis-Abeba, par l’Union Africaine, l’Union Européenne, l’OIF et l’ONU. 
Ce groupe de soutien à Kodjo comprendra également les représentants de la SADC et de la CIRGL. Le quotidien note avec cette évolution du dossier sur le dialogue le retour de tous les acteurs internationaux qui ont joué un rôle dans la pacification de la RDC. Ce qui lui fait dire que la question du Dialogue politique s’internationalise davantage. 

En choisissant d’accompagner Edem Kodjo dans sa tâche de facilitateur, l’Union africaine (UA), les Nations unies, l’Union européenne (UE) et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) viennent une fois de plus de conforter la position soutenue par le chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, en soulignant à nouveau l’importance cruciale que revêtent la tenue et la conclusion réussie d’un dialogue politique entre tous les acteurs congolais, estime pour sa part L’Avenir
Le quotidien recommande par conséquent à tous les acteurs congolais de l’opposition de se joindre au dialogue et d’apporter leur entière coopération au Facilitateur en lieu et place de se retrouver à Bruxelles où est convoquée du 7 au 8 juin 2016 une réunion d’opposants pour décider du sort du Congo-Kinshasa.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire