************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 2 décembre 2014

RDC: plusieurs autorités échappent à un crash à leur retour du sommet de la Francophonie

Radio Okapi 
03/12/2014

Ouverture de la session parlementaire
ordinaire le 15/03/2014 au palais du peuple
de Kinshasa, par le président de
l’Assemblée nationale congolais,
Aubin Minaku.
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères, certains députés nationaux ainsi que d’autres personnalités congolaises ont échappé mardi 2 décembre à un crash. L’avion du gouvernement congolais qui les ramenait de Dakar où ils ont participé au XVe sommet de la Francophonie a connu un déséquilibre alors qu’il était en plein vol. 

Un communiqué lu au cours de la plénière de l’Assemblée nationale ce mardi indique que ce déséquilibre a été causé par la « déflagration » d’un hublot. 

Le pilote aurait alors décidé de ramener l’appareil à Dakar pour éviter une catastrophe. 

Prenant la parole dans le cadre d’une motion d’information à la suite de cet incident, Jean-Claude Vuemba a demandé que le ministre de Transports soit entendu par les députés nationaux à ce sujet. 
«Admettons que c’était n’importe quel aéronef d’une autre société. Est-ce qu’on aurait pu se taire ? C’est pour cela que nous nous sommes dits qu’il doit y avoir une invitation du ministre. Vous vous rendez compte que l’hublot a été déchiqueté. Ils étaient déjà en vol. N’eût été la maîtrise de ce pilote, je crois hélas qu’on aurait pu franchir un cap de détresse grave », a affirmé Jean-Claude Vuemba. 
Le député a dit attendre du ministre qu’il lise le rapport que ses services lui auront donné. Mais il a également affirmé avoir des questions à poser au sujet de l’avion. 
« Cet aéronef est un aéronef du gouvernement. Où est-ce qu’il a été acheté ? Est-ce que le contrôle technique continue ? On ne peut pas commencer à mettre les autorités de la RDC dans des avions peu sûrs », a-t-il déclaré. 
De son côté, le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, Timothée Kombo, qui conduisait la plénière a dit prendre acte de la demande de Jean-Claude Vuemba. Il a ajouté que le bureau allait communiquer sa décision à ce sujet au moment opportun.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire