************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 20 mars 2015

RDC: le projet «Instant Network School» veut faciliter l’apprentissage des enfants déplacés en Equateur

Radio Okapi 
20/03/2015

Relocalisation des réfugiés
centrafricains par le HCR vers
le camp de Mole (près de Zongo)
en RDC (Décembre 2013).
La Fondation Vodafone et Vodacom en collaboration avec le HCR, ont annoncé jeudi 19 mars le lancement prochain du projet «Instant Network School» consistant à installer des salles multimédia dans les camps de réfugiés de l’Equateur pour permettre aux professeurs et aux élèves de bénéficier du contenu des cours disponibles sur Internet. Les camps visés sont ceux de Mole, Inke et Boyabu. 

Ces salles multimédia dotées d’équipement informatique et connectées à internet permettront aux professeurs de donner des cours interactifs aux enfants. 

Cette technologie a été conçue pour juguler le déficit en formation et en éducation des enfants déplacés et qui vivent dans des camps des réfugiés, notamment au Kenya, en Tanzanie et en RDC. 

D’après Oisin Walton, le responsable de ce programme au sein de Vodafone, le projet est déjà opérationnel à Goma où la Fondation et les partenaires travaillent avec l’école Don Bosco.
«Don Bosco et le HCR apportent l’infrastructure, l’accès aux écoles, la fondation Vodafone apporte une partie de fonds, et la fondation Vodafone et Vodacom apportent le réseau sur le terrain, l’expertise technique», a expliqué M. Walton. 


Il a indiqué par ailleurs que 16 écoles sont déjà connectées au programme. 

«Notre prochain objectif est de numériser les livres scolaires afin de les obtenir sur tablettes. Et ça permet d’avoir des outils d’éducation qui sont vraiment actualisés. Mais il faut vraiment qu’on s’assure que tous les contenus disponibles sur papier aujourd’hui soient disponibles en version numérisée », a précisé Oisin Walton. 

Ce projet devra être piloté avec l’appui du ministère de l’Enseignement primaire et secondaire pour s’assurer de sa conformité avec le programme national d’enseignement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire